Mon mois d’Avril 2022

BILAN AVRIL 2022

Avril a vu refleurir le temps des retrouvailles et partages, la maison s’est remplie puis s’est vidée laissant place aux souvenirs que j’engrange avec les rires, les regards, les silences. Le soleil se fait plus présent, plus chaud, j’ai ressorti ma panoplie de lectrice au jardin : transat, chapeau, lunettes de soleil et le temps qui s’écoule paisiblement avec seulement le bruit des pages, le chant des oiseaux qui m’entourent et la brise légère du vent dans les arbres et des journées qui s’achèvent souvent par une balade en fin de journée dans la nature environnante (et avoir le bonheur d’apercevoir au bout de 8 ans un chevreuil près de la maison). J’ai retrouvé un salon du livre annulé depuis deux ans par un virus mais que je ne suis pas sûre de le refréquenter, j’ai navigué dans des genres livresques très différents, n’ai pu m’empêcher de rajouter quelques ouvrages à ma PAL mais il fallait préparer la troisième saison des Classiques c’est fantastique (toujours avoir une bonne raison pour le faire). Partager des moments amicaux dans un salon de thé, ne pas voir le temps passer et préparer même les trois mois à venir déjà chargés….. Il y a eu une rencontre d’auteur à la bibliothèque (voir ci-dessous) beaucoup de rendez-vous à prendre et puis bien sûr j’ai lu, je continue à vider (et à remplir) ma PAL, je passe de moins en moins à la bibliothèque pour ne pas craquer mais ne résiste pas à certains appels…..

J’ai beaucoup aimé

La décision de Karine Tuil

Rien à déclarer de Richard Ford

Le meunier d’Angibault de George Sand (challenge Les classiques c’est fantastique)

Dites-leur que je suis un homme de Ernest J. Gaines

Léviathan de Paul Auster

Raison et Sentiments de Jane Austen (challenge Les classiques c’est fantastique)

J’ai aimé

Le lac de nulle part de Pete Fromm

Comment je suis devenue Duchess Goldblatt

Combats et métamorphoses d’une femme de Edouard Louis (lu pa Irène Jacob)

Voyage autour de mon enfance de Emmanuel de Waresquiel

Bof-bof

Les idées noires de Laure Gouraige

Je chante et la montagne danse de Irene Solà (chronique à paraître en mai date de sortie du roman)

J’ai rencontré

PETE FROMM

Lors du Printemps du livre de Montaigu (Vendée) Pete Fromm qui m’avait chamboulée avec Mon désir le plus ardent et que je lis régulièrement Indian Creek, Le nom des Etoiles, Lucy in the Sky.

Il était en France pour la promotion de son nouveau roman, Le lac de nulle part et coïncidence, je venais de le prendre au Comité de lecture des bibliothèques (il faut dire que je n’ai pas hésité en le voyant dans les choix…..).

Simple, accessible (mais intimidant), l’œil pétillant, des touches d’humour il nous a parlé de son travail, comment les personnages et la trame de ses livres se construisaient, un peu de sa vie dans la nature dans le Wisconsin, source inépuisable d’inspiration (« je ne pourrai jamais écrire si j’habitai New-York »). Dans ses paroles je me suis tellement retrouvée : son amour de la nature, de ses marches solitaires etc…. Il devait avoir hâte d’y retourner vue la cohue et la foule du Salon.

Quant au Salon lui-même j’ai eu confirmation que ces lieux surpeuplés (même si je suis ravie qu’autant dePETE FROMM 2 monde soit intéressé par la littérature) ne sont pas pour moi. Ce que j’aime y trouver ce sont des rencontres d’auteur(rice)s, les écouter parler de leur travail, l’élaboration de leurs livres etc… mais là c’est une vaste affaire commerciale, des files d’attente interminables pour les plus célèbres (pas forcément ceux que j’aime) ou des « people », du bruit (on entend à peine les paroles de ceux que l’on rencontre), c’est le travail à la chaîne des dédicaces et puis quand on connaît mon rapport au bruit, à la foule etc…. Je n’ai eu qu’une envie….. Fuir et me retrouver chez moi, dans le silence avec un livre entre les mains. Alors je suis partie et je sais maintenant que j’éviterai ce genre de salon. J’ai vu Jeanne Benameur dont je pense lire La patience des Traces (qui a d’ailleurs remporté le Prix Ouest 2022), Julia Kerninon (que j’aime beaucoup mais absente lors de mon passage devant le stand) dont le dernier ouvrage Toucher la terre ferme passera un jour entre mes mains, Clara Dupont-Monod, Claire Berest, Nicolas Carreau (pas vu mais dont j’écoute le podcast La voix est livre chaque semaine), Amélie Cordonnier, Henri Loevenbruck etc… (pardon pour ceux que j’oublie mais il y avait plus de 200 écrivains)

Au milieu de la foule j’ai malgré tout pu rencontré Antigone que je n’avais pas revue depuis plus de deux ans et la recherche du lieu de rencontre avec Pete Fromm nous a permis de papoter et d’arpenter une partie de la ville de Montaigu qu’elle connaît bien mais également échanger concernant nos expériences de clubs de lecture, de tricot (mais oui).

Ciao 📚

11 réflexions sur “Mon mois d’Avril 2022

  1. Je te comprends totalement pour les salons. Après, ça peut dépendre de la taille du salon en question, mais mon dernier passage à Montreuil (avant le covid, donc ça commence à remonter) m’avait écœurée de foule et de bruit. Je me retrouve parfaitement dans ton rapport à la nature, même si je n’ai pas encore la chance d’habiter dans un endroit aussi isolé que toi…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.