Dark Island de Vita Sackville-West

DARK ISLAND IG

 

A quatre périodes de la vie d’une femme, ce roman raconte la fascination de Shirin Wilson pour une île dont son mari, Venn le Breton, est le maître, et son propre besoin de liberté.
Tous les hommes sont fous de Shirin, qui n’a qu’une passion : l’île de Storn, entrevue dans son enfance et qui s’incarne au cours d’une soirée par son châtelain, Venn Le Breton. Venn, fasciné par la jeune femme, l’épouse et l’emmène dans son île, où règne une redoutable grand-mère

 

Ma lecture

Il y avait une alliance d’ordre mystique possible entre Storn et une femme comme Shirin. Une sombre histoire d’amour. Qui avait mal tourné. (p166)

Le personnage principal de ce roman est une île : Storn, dont Shirin est tombée amoureuse, une île qui l’a envoutée, son seul amour et ce depuis l’enfance. Une île au centre et finalement l’enjeu d’un couple. Quand Shirin fait la connaissance à 16 ans de Venn Le Breton, l’héritier de l’île, de deux ans son aîné, elle ne se doute pas qu’un jour elle vivra sur ce bout de terre battue par les vents et les vagues, un lieu paradisiaque mais qui va se révéler un lieu de tourments.  En effet le mariage va se révéler comme l’union d’un homme fou de jalousie et d’une femme indépendante et secrète, devant se soumettre à la volonté de son époux afin de continuer à vivre à Storn, dont elle ne sera jamais la propriétaire. 

Vita Sackville-West construit son roman en suivant Shirin au fil des ans, à 16, 26, 36 et 46 ans en s’attachant à suivre son héroïne au caractère bien trempé, volontaire dont la seule faiblesse est son attachement à une terre dont elle n’aurait jamais imaginé être un jour l’occupante et pour elle cela, elle devra accepter humiliations, renoncements, le prix à payer pour vivre à Storn.

Venn ne comptait pas. Storn, si, qui lui appartenait. Il ne s’agissait pas d’une volonté d’exercer un quelconque pouvoir sur l’île ni de contester les privilèges de lady Le Breton. Elle souhaitait seulement qu’on lui reconnaisse le droit de vivre ici, de se fondre dans toute cette beauté, vagabonder en toute liberté, méditer des heures entières face à la mer, dans l’embrasure d’une fenêtre. Et peut-être qu’au bout du chemin, elle trouverait une paix intérieure qui lui permettrait de se réconcilier avec la vie. (p125)

L’autrice met en parallèle les caractères du couple dont il ressort finalement une violence différente : celle de Venn qui peut passer d’une forme de tendresse, d’amour à la fureur provoquée par l’inaccessibilité de Shirin, le mystère dont elle s’entoure et celle de Shirin, blessée dans son amour propre, ne voulant jamais abandonnée sa liberté de vie, ne rien révéler de son passé, ne rien concéder à celui qui aurait pu, peut-être, tout avoir s’il n’avait pas refusé qu’elle soit un jour la Maîtresse de Storn.

Shirin est une femme que l’on pourrait trouver dénuer de sentiments, que ce soit pour ses enfants, sa famille (en dehors de son père aveugle) et les hommes qui ont partagé sa vie si elle n’avait cet amour d’un lieu pour lequel elle accepte ce qu’elle n’aurait jamais accepté de quiconque. Une blessure ancienne, une attirance impossible envers une amie ou un dévouement sans faille pour tous ceux qui souffrent sont les autres aspects de sa personnalité. Les tempéraments s’affrontent, se blessent, l’orgueil de chacun empêchant la moindre concession à l’autre durant toute leurs vies.

Dark Island est un roman à l’ambiance sombre, pesante tout au long des 30 années, dont on se doute que l’issue ne pourra être que dramatique. Il n’a pas été sans me faire penser aux Hauts de Hurlevent dans le genre histoires d’amour violentes et tragiques, où l’amour et la haine s’entrecroisent sans jamais définir exactement les limites, que ce soit dans le couple formé par Shirin et Venn mais également dans la relation qu’entretient Shirin avec Tracey, un avocat conciliant ou celle plus ambigüe avec Cristina, son amie depuis de longues années et sa confidente.

Ce qui est frappant dans l’univers de Vita Sackville-West c’est le soin qu’elle apporte à la description des sentiments, revirements, comportements humains en parsemant son récit des pensées de chacun de ses personnages, pensées avouées ou tues, chacun de ses personnages n’étant jamais à une seule facette mais oscillant entre différentes attitudes, réactions, comportements suivant les époques.

C’est une écrivaine qui se révèle très moderne (ce roman a été publié en 1934) faisant du personnage de Shirin une femme se libérant jusqu’à son mariage du joug masculin, se moquant du regard des autres, menant sa vie au grand jour, se jouant des convenances et même de son rôle de mère mais elle devra se résigner à subir par amour d’une terre. Comme dans Haute Société, elle porte un regard sans concession sur les strates de la société dont elle connaît parfaitement le fonctionnement, la place des femmes et la revendication de leur condition, leurs attentes et exigences mais en gardant une part de mystère ici, propice aux lieux et au conflit marital, et qui ne trouvera son dénouement que dans la tragédie. 

Traduction de Micha Venaille

Editions Autrement – Janvier 2011 -255 pages

Ciao 📚

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.