Mon mois de Janvier 2022

BILAN JANVIER 22

Et c’est reparti, une année tout en 2 et en chiffres pairs et pour moi c’est un bon signe car ils font partie de ma propre vie, parce qu’il faut rester optimiste et voir le verre à moitié plein par les temps qui courent même si les premiers jours du mois ont été rudes (pannes en cascade), vague de contaminations autour de moi, le réaménagement du jardin m’ayant occasionnée quelques courbatures et douleurs dorsales (mais au moins je sais que j’ai des muscles et des articulations) mais le plus gros et le plus dur est fait désormais. Cela ne m’a pas empêchée d’assister à La nuit de la lecture avec la lecture à voix haute d’extraits des 5 ouvrages sélectionnés par le comité de lecture dont je fais partie pour décerner, en toute simplicité, notre prix (vote par les lecteur(rice)s des 10 communes). Il y a eu aussi une cueillette de champignons dans le froid de l’hiver mais récompensée par une omelette savoureuse, des randonnées où je fais le plein de paysages mais aussi de défenses immunitaires (on y croit). Et pour se mettre du baume au cœur, savoir que dans quelques mois les vacances en Bretagne sont réservées. Vivre au présent, préparer l’avenir…..

Et puis le bonheur et la satisfaction renouvelés de franchir des frontières que je m’étais bêtement posées grâce au challenge #lesclassiquescestfantastique saison 2 de Moka Milla et Mes pages Versicolores avec la lecture ce mois-ci de L.F. Céline, un écrivain que je redoutais et qui s’est révélé finalement accessible…. spécial mais accessible. Et je n’en ai d’ailleurs pas fini avec lui….

Récapitulatif de mes lectures de Janvier

Coup de 🧡

JOURS DE SABLE B

Jours de sable de Aimée de Jongh

J’ai beaucoup aimé

Au café de la ville perdue d’Anaïs Llobet

Buvard de Julia Kerninon

Les impatientes de Jaïli Amadou Amal  (lecture audio)

Haute société de Vita Sackville-West

J’ai aimé

Le déjeuner de la nostalgie de Anne Tyler

Mort à crédit de L.F. Céline

Malgré tout de Jordi Lefebre

Les amours dispersées de Maylis Besserie

Un été à Long Island de Alain Vircondet

J’ai abandonné

000753791La lucidité de José Saramago et pourtant j’avais beaucoup aimé L’aveuglement  mais il m’avait déjà fallu beaucoup d’attention dans ma lecture par la forme utilisée par l’auteur : des phrases longues, incorporant les dialogues…. Cela avait bien commencé, le premier chapitre évoquant une journée d’élections est savoureuse et je pensais avoir entre les mains un petit bijou mais que nenni : j’ai tenu une centaine de pages puis ces votes blancs lors d’une élection municipale m’ont ramenée vers un contexte politique certes intéressant et actuel si l’on estime que le vote blanc est utile pour faire passer un message aux dirigeants mais malheureusement non reconnu, mais là je sentais que la lassitude et le manque d’intérêt entravaient ma lecture. José Saramago est un écrivain visionnaire à la plume remarquable qu’il met au service de thèmes universels mais dont le style et la construction demandent une attention particulière et je dois avouer qu’en ce moment moi et la politique…….

9782264016126_1_75

Jim Harrison et moi ont est pas copains. J’avais déjà fait l’essai avec Grand Maître que j’ avais abandonné. Je lisais souvent que Dalva était Son grand roman alors j’ai pensé que je n’avais pas pris le bon pour le découvrir et me suis lancée. Et bien une fois de plus cela n’a pas fonctionné : beaucoup d’aller-retours, de changements de sujets, cela part (pour moi) dans tous les sens et je n’ai pas le temps de m’attacher au personnage, qu’il en introduit d’autres avec d’autres histoires et ça repart dans un autre sens. J’ai tenu presque jusqu’à la fin du livre I : Dalva, mais il m’a fallu plusieurs fois revenir en arrière pour comprendre qui était celui ou celle dont on parlait, pourquoi il apparaissait à ce moment du récit etc…. Et pourtant il y avait des chemins pris en compagnie de son héroïne qui me plaisaient mais une fois de plus c’est l’écriture et l’univers de l’auteur qui m’empêchaient d’aller plus loin.

J’ai écouté sur France Culture des lectures (extraits) de Monsieur Proust de Céleste Albaret qui m’aMONSIEUR PROUST ouvert la porte de l’intimité de Marcel Proust à travers les yeux de sa « gouvernante »  et comme j’ai depuis longtemps un ouvrage accompagné de deux CD de Guillaume Galienne avec des lectures de Proust mais également Victor Hugo  et Madame de Lafayette, j’ai préféré les avoir en fond sonore plus que d’écouter les informations désespérantes. J’y ai pris un énorme plaisir et j’en ressors avec une furieuse envie de lire Marcel Proust qui m’est apparu bien plus accessible et sympathique que je l’imaginais. Il faut avouer que Guillaume Gallienne (que j’écoutais souvent lors de son émission sur France Inter) est un pourvoyeur enthousiaste de lectures….. Retrouver Victor Hugo avec des extraits des Misérables ou Madame de Lafayette avec La Princesse de Clèves fut également, pour ce dernier ouvrage, une autre perception de l’histoire car le choix des extraits et la mise en valeur par la voix (et quelques explications supplémentaires du récitant) vous permettent de ressentir d’une autre manière ce que l’autrice a voulu transmettre dans son œuvre. Pour Les Misérables j’ai ce livre sur mes étagères depuis des années et en plus dans l’édition de La Pléiade mais comme tout monument je le regarde, je sais que je le lirai mais j’attends.

Cerise sur le gâteau j’ai écouté les podcasts sur France Culture des Hauts de Hurlevent de Emily Brontë, un de mes romans doudou et j’ai exécuté certaines tâches fastidieuses entre Cathy et Heathcliff avec plaisir (tous les bienfaits de la littérature).

J’ai vu et beaucoup aimé Un héros de Asghar Farhadi (décidément les films iraniens me subjuguent) et Ouistreham d’Emmanuel Carrère d’après le roman de Florence Aubenas (que je n’avais pas lu).

ENSEMBLEEN CE TEMPS LA L'AMOURDeux soirées au théâtre avec une pièce de Fabio Mara : Ensemble avec l’auteur et Catherine Arditi, une ravissante et touchante pièce sur une mère vivant avec son fils handicapé face à sa fille qui ne comprend pas le dévouement de sa mère et En ce temps là l’amour de Gilles Segal interprété par David Brécourt sur les souvenirs d’un voyage d’une semaine dans un wagon à bestiaux vers une funèbre destination.

Une année qui démarre en beauté avec beaucoup d’activités culturelles et peut-être le signe que la vie reprend et même si on ne rattrape jamais le temps perdu, les contours se dessinent sur mes envies et mes choix.

Ciao 📚

Mon mois de Septembre 2021

BILAN SEPTEMBRE 21

Depuis l’enfance j’ai toujours aimé la Rentrée, l’automne qui s’installe avec sa palette de couleurs, les retrouvailles qui désormais ne se font plus dans la cour de l’école mais avec les Comités de lecture Jeunesse et Adultes. Alors j’ai mis un peu d’ordre au jardin, démonté et remonté une clôture, ouvert mon paysage, simplifier l’entretien (mais il reste encore à faire, à planter, à tailler) mais c’est toujours une excellente thérapie de cultiver son jardin…..

Je colle mon allure à celle du temps, je prends mon temps, je m’écoute, ne presse rien et ne fais que ce qui m’importe ou ce dont j’ai envie (une grande nouveauté pour moi). Je continue mes randonnées, regarde les paysages, écoute et discute avec mes compagnons de marche, toujours en admiration de ce que la nature nous offre à qui sait la regarder. Je me suis désolée de l’action des hommes sur le Bocage, le détruisant peu à peu, je tempère ma colère qui ne résout rien qu’à me désespérer un peu plus.

Je résiste à l’achat de livres mais constate que ma PAL ne diminue pas pour autant mais suis fidèle malgré tout au désherbage et ventes tous les deux ans de livres par le Réseau des bibliothèques à des prix défiant toute concurrence (et souvent des auteur(e)s classiques….. Oh joie !).

Il y a eu une petite fée qui a grandi, il y a une femme qui a entamé une nouvelle décade, il y a eu une nuit sonore des voisins mais il faut bien qu’une fois par an jeunesse se passe, des questionnements qui trouvent des réponses et calment l’esprit.

Le Covid a eu raison du Club de lecture que j’avais créée mais n’en éprouve pas de chagrin, chacun a trouvé d’autres envies, d’autres activités et ainsi va la vie. Certaines sorties ont été contrariées par l’envie de rester, d’autres étaient imprévues ou programmées et m’ont permis de retrouver le plaisir de l’échange et du partage.

Je continue de participer avec bonheur au challenge des Classiques c’est fantastique organisé par Moka Milla et Fanny et ai retrouvé Agatha Christie dans son autobiographie, une auteure qui m’a accompagnée pendant bien des heures durant mon adolescence. Le mois prochain place aux auteure (trice)s et ma sélection est déjà faite……

Un mois de Septembre riche en rencontres avec une première en visio VLEEL, pas toujours bien au courant des réglages à opérer, organisée par Serial_lecteur_Nyctalope à l’occasion des sorties des Editions Viviane Hamy, des romans de Céline Lapertot et Arpad Kun, où j’ai pour la première franchi l’obstacle de mon visage sur l’écran (mais sans le vouloir suis restée en contre-jour …. Acte manqué ?)

Et je ne vous parle pas des confitures de mûres, de figues qui ont embaumé la maison et dont j’userai et abuserai cet hiver pour boucher les trous des tartines et du riz au lait pour retrouver les saveurs de l’enfance.

Et puis il y a eu les livres, certains films sur Arte, d’autres sur grand écran et tout cela je vous le résume enfin :

J’ai beaucoup aimé 

L’amour est aveugle de William Boyd

Ce qu’il nous faut de remords et d’espérance de Céline Lapertot

Les Oxenberg et les Bernstein de Catalin Mihuleac

Une autobiographie de Agatha Christie

Memorial Drive de Natasha Trethewey

Rien ne t’appartient de Nathacha Appanah

J’ai aimé

Seule en sa demeure de Cécile Coulon

Les contreforts de Guillaume Sire

Ce qu’il faut de nuit de Laurent Petitmangin

J’ai abandonné et pas chroniqué

PENSES AUX PIERRES SOUS TES PAS

Parce que je n’arrivais pas à m’intéresser à l’histoire, à ce pays sans nom vivant sous une dictature, à ces jumeaux aux relations incestueuses et à leur devenir. J’en ai lu les 3/4 et puis je m’ennuyais tellement que je l’ai posé sans avoir envie d’en connaître la fin.

J’ai écouté

TERRITOIRES INTIMES

Tatiana de Rosnay me servir de guide pour découvrir les demeures de Daphné du Maurier et Virginia Woolf. Même si ne j’ai rien découvert que je ne connaisse déjà (j’avais lu Manderley for ever de cette auteure, biographie de Daphné du Maurier et ai tellement lu sur Virginia Woolf) c’est toujours un réel plaisir de passer un peu de temps dans leurs demeures. Chaque épisode dure 30 minutes et est disponible à partir du 30 Septembre sur Kobo et chez Fnac. Un troisième épisode que je n’ai pas écouté est consacré à Emile Zola.

J’ai vu (ARTE)

Le sujet de la peine de mort était présent ce mois-ci avec la lecture du dernier roman de Céline Lapertot et les documentaires sur La guillotine et Robert Badinter sont passionnants et complétaient ma lecture. Je suis une grande admiratrice de Robert Badinter, de son travail mais aussi de l’homme, de ses valeurs. Très bon documentaire également sur Ernest Hemingway.

J’ai vu (Cinéma)

J’ai vu grâce à ma bibliothèque

DRUNK

Raté au cinéma suite à une panne de projecteur……. Je voulais absolument le voir et il faut le voir !

Bel automne à toutes et tous, prenez soin de vous, lisez, marchez et à bientôt…..

Ciao 📚

Mon mois d’Août 2021

BILAN AOUT 21

Voilà c’est fini…. L’été prend un air de rentrée et qui dit rentrée dit rentrée littéraire….. 521 parutions c’est trop, beaucoup trop à mon goût et je ne cède que parcimonieusement aux tentations. Je me mets en mode « repérage » (et pour une entrée dans ma liste d’envies pour l’instant) que par des auteur(e)s que je connais, j’aime ou par des sujets qui m’intéressent. J’ai fait un tour en librairie samedi dernier (mon premier en presque deux ans), j’ai eu à nouveau  envie, dans un premier temps, de tout puis peu à peu et parce que ce n’était pas possible de tout prendre, j’ai commencé à sélectionner pour finalement repartir qu’avec deux classiques :

– Frankenstein de Mary Selley suite à l’écoute cet été du podcast de Nicolas Carreau La voix est livre qui évoquait ce roman mais également parce que je garde un joli souvenir du film MARY SHELLEYconsacré à son auteure et à la génèse du roman

– Le voyage dans les Cévennes avec un âne de Stevenson. J’ai tellement soif de classiques, de temps livresque à rattraper, que je m’y plonge sans retenue. Et puis les voyages en solitaire sur les chemins de France empruntés par des auteur(e)s est toujours source d’inspiration et de réflexion.

Mes récentes décisions n’ont pas trop opéré ce mois-ci car tout ce que j’ai lu a été chroniqué pour une raison ou une autre (réception de livres, comité de lecture) mais le fait de l’avoir exposé et décidé m’a permis d’avoir moins la pression et de me sentir plus libre (et chez moi le mot Liberté est primordial !).

La maison a bruissé des visites familiales, des rires, des jeux, des retrouvailles (enfin), des sorties entre ami(e)s par une chaude journée en forêt où les jeux de société à l’ombre des arbres ont été salués avant de rejoindre un village d’artistes, Vouvant et sa tour Mélusine et sa promenade sur les bords de la Vendée, de retrouve les terrasses et malheureusement la foule des touristes (un concert d’orgue était programmé le soir). Vivant à moins d’une heure de l’océan, hier a été l’occasion de retrouver sa lumière et ses petits coins secrets où la dégustation d’huîtres à peine sorties des bassins accompagné de vin blanc local. Une délicieuse journée MER AOUT 2021

Garder la forme avec des randonnées amicales, à s’émerveiller de la beauté des paysages et de la richesse des petits sentiers forestiers. Continuer mes retrouvailles avec la salle de cinéma mais un seul film  : ANNETTEAnnette de Léos Carax qui m’a surprise au début puis le charme a opéré et surtout la musique m’est restée en tête un peu comme avec La la land. Rien d’autres car les affiches proposées ici ne sont pas de mon goût pour l’instant mais je compte bien me rattraper. Accueillir avec joie les dates de report des spectacles annulés l’année dernière à l’Echiquier et se dire que la vie reprend peut-être enfin (je suis en manque cruel de sorties culturelles). S’occuper du potager dont ce sera sûrement la dernière année et le projet de le transformer en jardin floral uniquement. Réparer, bricoler, récolter, me remettre doucement au tricot, faire des confitures, tout cela m’a bien occupée mais ne m’a pas empêchée d’écouter tous les podcasts de Femmes puissantes FEMMES PUISSANTES sur France Inter (passionnant).

J’ai également vu l’adaptation cinématographique de Le mur invisible de Marlen Haushofer sur Arte dans lequel j’ai retrouvé l’ambiance que j’avais tant aimée dans le livre, mais il y a surtout une série vue également sur Arte que j’ai trouvé d’une rare qualité au niveau de la construction, du fond (mais c’est souvent le cas avec les séries nordiques et dans le cas présent islandaise). Il s’agit de QUAND LE CALME REVIENT ARTEQuand revient le calme que je vous recommande vivement.

Et pour finir j’ai participé samedi dernier au Club de lecture de La Roche sur Yon sous la houlette bienveillante d’Antigone et se retrouver entre passionnées de lecteur(rice)s est toujours un vrai bonheur. Nous avons échangé sur nos lectures de l’été, de la rentrée littéraire et avons eu la visite d’une auteure : Audrey Harel-Casanove qui nous a présenté à la fois son travail d’écriture mais également ses publications…

                  Passons au bilan de mes lectures (les chroniques sont à retrouver en cliquant sur le titre et auteur(e)).

                     Un coup de 🧡mais quel coup de 🧡

A L'EST D'EDEN

A l’Est d’Eden de John Steinbeck

J’ai beaucoup aimé

Clair de femme de Romain Gary

Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke

Avec Bas Jan Ader de Thomas Giraud

Anaïs Nin – Sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff

Le vagabond des étoiles de Riff Reb’s d’après Jack London

Le consentement de Vanessa Springora lu par Guila Clara Kessous 

J’ai aimé

D’ailleurs les poissons n’ont pas de pieds de Jòn Kalman Stefànson

Au temps des requins et des sauveurs de Kawaï Strong Washburn

Le voyant d’Etampes de Abel Quentin

Bof-bof

UN BREF INSTANT DE SPLENDEUR

Un bref instant de splendeur de Ocean Vuong

+ 1 roman que je ne chroniquerai que début Septembre……

Bonne rentrée à tout le monde et à bientôt pour les partages et échanges de plus en plus nombreux 👌 et toujours enrichissants.

Ciao 📚