Basil de W. Wilkie Collins

BASIL IG

Un jeune homme, Basil, s’engage dans un mariage qui ne tarde pas à se révéler un guet-apens… Où la bonne société victorienne nous découvre le dessous – peu reluisant – de ses crinolines. Basil (1852), le plus sexué des romans de Collins, en tout cas l’un des plus délicieusement inconvenants, ne fait pas beaucoup de cadeaux à son lecteur… qui n’attend d’ailleurs que cela, l’hypocrite. A ne pas lire la nuit si l’on veut dormir.

Ma lecture

William Wilkie Collins est souvent cité comme un auteur de romans de littérature victorienne teintés d’intrigues, de mystères, des sortes de thrillers avec de nombreux rebondissements. J’ai lu il y a très très longtemps La dame en blanc et comme je suis très attirée par la littérature anglaise, ses ambiances, ses personnages fouillés, j’ai toujours du plaisir à m’y replonger de temps à autre, pour faire une pause ou pour retrouver ce charme indéfinissable qu’elle dégage.

Basil vit auprès de son père et de sa sœur et confidente, Clara qu’il adore, sa mère étant décédée depuis longtemps, son frère aîné, Ralph, ayant été dans l’obligation de l’éloigner du cercle familial par son père, car sujet aux jeux d’argent et aux femmes, afin de préserver la réputation de cette famille aristocratique.

Basil va croiser fortuitement le chemin de Margaret et en tomber éperdument amoureux, prêt à tout pour l’épouser immédiatement sans la connaître, ni elle, ni sa famille, prêt à une mésalliance et à accepter toutes les conditions pour y parvenir, même les plus étranges imposées par le père, marchand de tissus. Innocent et naïf, Basil, aveuglé par son amour, il ne va pas voir ou vouloir voir le piège qui lui est tendu et comprendre bien trop tard que cette histoire qu’il pensait être une histoire d’amour va se transformer en tragédie.

Que tu es naïf Basil ! Ton amour pour Margaret t’a rendu complètement aveugle : tu n’as pas entendu Mr Sherwin, le père de la jeune fille, sa voix roublarde saisissant l’occasion d’une alliance inespérée pour sa fille, vu le désespoir de Mrs Sherwin à ton arrivée, remarqué le caractère de Margaret, enfant gâtée et capricieuse, soupçonné Mannion, l’homme de confiance de Mr Sherwin, décalé et mystérieux.

Un joli roman dans la pure tradition victorienne dont le personnage principal est le narrateur, avec ce qu’il faut de retournements de situations, d’actes de vengeance, des révélations, des retours d’absents tenant un rôle important ensuite, des relations familiales tendues ou tendres. Les caractères des personnages sont peu à peu révélés,  avec des indices que nous lecteurs relevons  mais que le narrateur n’a pas su voir,  mettant en évidence combien l’incrédulité de celui-ci et son manque de discernement vont provoquer quand les faits vont être mis à jour et déclencher une tempête de violence.

J’ai aimé le renversement de situations, les personnalités très opposées, la douceur et l’amour sans faille de Clara, bravant les interdits paternels, Ralph, le frère banni, rédempteur et bienveillant, le changement de rythme et de ton entre la confession première puis les événements qui suivent et font l’objet soit de narration soit d’échanges de lettres entre des personnages annexes pour relater les faits, à distance, de façon neutre par rapport au drame.

Comme toujours dans la littérature anglaise il faut un peu de temps pour s’installer dans l’histoire et prendre possession des personnages mais ce temps est nécessaire et utile car il permet d’être totalement immergé, de visualiser les protagonistes, les décors, les ambiances et je trouve que c’est un des traits dominants de la littérature anglaise. Rien n’est laissé de côté, tout contribue à l’histoire, à son développement et à la tension du récit.

J’ai dans ma PAL le roman de W.W. Collins le plus noir paraît-il : Sans nom mais c’est un pavé de près de 900 pages et comme j’ai également l’intention un jour de relire La dame en blanc, je reviendrai vous parler de cet auteur et de ses romans, qui parait-il, vous font passer des nuits blanches….. Peut-être à l’époque mais ce ne fut pas le cas pour moi mais j’ai passé un joli moment de lecture mais j’ai eu à plusieurs moments envie de secouer ce gentil Basil et lui ouvrir les yeux sentant le piège s’ouvrir devant lui pour ensuite se refermer et provoquer une tempête.

J’ai aimé.

Natiora a également lu Basil et je vous laisse découvrir ce qu’elle en pense.

Traduction de Marie-Thérèse Carton-Piéron

Editions Phebus – Septembre 2005 – 352 pages

Ciao 📚

Une vieille maîtresse de Jules Barbey d’Aurevilly

UNE VIEILLE MAITRESSE

Un homme, Marigny, pris entre une sylphide et une catin. La sylphide, c’est sa femme, Hermangarde ; la catin : Vellini, une espagnole qui n’est même pas belle mais qui a empoisonné le cœur, le sexe et le sang. Marigny, retiré dans le Contentin, s’est juré de rompre. Mais, un jour qu’il se promène à cheval le long de la mer, il retrouve Vellini ; et la pure Hermangarde, dans des scènes les plus « diaboliques » de l’œuvre de Barbey, sous une effroyable tempête de neige, assistera, collée à la fente d’une fenêtre, aux furieux ébats du couple et manquera d’en mourir. « Tu passeras sur le cœur de la jeune fille que tu épouses pour me revenir ! » avait prédit la Vellini.
Publié en 1851, le roman fit scandale mais Théophile Gautier déclara : »Depuis la mort de Balzac, nous n’avons pas encore vu un livre de cette valeur et de cette force. »

Ma lecture 

Paru en 1851, ce roman est le roman de l’amour mais également de l’emprise. Celle d’une femme, la vieille maîtresse, la Mauricaude comme on la surnomme, la Vellini, cette vieille maîtresse non pas uniquement par l’âge, quoi que plus toute jeune, mais par la durée de sa liaison avec Rony de Marigny. Ce dernier a multiplié les conquêtes mais lui est toujours revenu et lorsqu’il lui annonce qu’il se marie avec la belle et innocente Hermangarde, avec qui il partage un amour sincère et qui lui apporte également une aisance financière, elle lui prédit que cette union ne changera rien à leur lien qu’elle appelle amour mais qui ressemble presque à un ensorcellement tant ils sont unis, pour toujours, quoiqu’il fasse.

Deux femmes que tout oppose, tout différencie, l’une au tempérament de feu, au physique peu plaisant, prête à tout pour garder une place privilégiée dans le cœur de son amant et l’autre, jeune, jolie et tendre, qui tombe sous le charme de Rosny et qui fera les frais d’un mariage, certes d’amour, mais dont l’ombre et la présence de la maîtresse et de l’attirance de son époux pour celle-ci mettront en péril.

L’auteur utilise nombre de procédés pour nous conter cette histoire d’amour diabolique. Il y a les gens de l’entourage : parents, ami(e)s ou commères, mais également échanges épistolaires pour retranscrire les ressentis de chacun. L’auteur dresse ainsi un portrait de chacun de ses personnages,  leur concédant une sincérité dans leurs sentiments, même la Vellini qui n’hésite pas à user de stratagèmes pour garder Rosny près d’elle. Mais elle a des arguments : un passé de dix ans avec lui, émaillé d’un deuil douloureux et même si Rosny joue la carte de l’honnêteté que ce soit avec sa maîtresse mais également avec sa future belle-famille, rien n’y fera : les deux amants sont comme les deux pôles d’un aimant qui s’attirent dès qu’ils sont en présence l’un de l’autre.

Avec une écriture très riche, imprégnée des décors de la Normandie natale de l’auteur dans la deuxième partie avec tout ce que l’environnement peut offrir de violence, de mer déchaînée comme le sont les sentiments et l’issue que l’on pressent, l’histoire se déroule sous nos yeux, très imagée avec ce qu’il faut de revirements grâce à l’intervention des personnages secondaires servant d’agents de liaison.

On ne peut détester l’un ou l’autre des protagonistes, ils sont tous sincères dans leurs sentiments, même si la Vellini endosse le mauvais rôle, celle de la maîtresse bafouée, abandonnée et diabolique dans son obstination à se rapprocher du couple, utilisant tous les moyens pour continuer à exister et prendre le dessus dans le cœur de son amant.

L’auteur s’attache à la personnalité des personnages, avec une maîtresse tour à tour ensorceleuse ou sorcière, devenant provocatrice et sensuelle, faisant de Rosny son jouet, lui-même ne comprenant pas toujours pourquoi il succombe à chacune de ses réapparitions, se retrouvant dit-il sans volonté face à elle alors qu’il est sincère dans ses sentiments avec son épouse celle-ci n’usant d’aucun stratagème pour lutter contre sa rivale, allant presque jusqu’à se sacrifier.

Les personnages secondaires reflètent à la fois les bruits des salons parisiens de l’époque, où tout se disait, se savait ou s’inventait  mais également l’ambiance du pays normand donnant à l’ensemble un roman tragique et passionnel où les personnages se déchirent et courent vers un destin inévitable avec des scènes où la nature et sentiments se mêlent. Trois visages de l’amour : la fougue, la fragilité et l’homme déchiré entre deux femmes.

J’ai eu parfois un sentiment de quelques longueurs, de redites par la reprise de certains événements par d’autres narrateurs ou procédés de narration mais cela vient peut-être également du fait que j’avais hâte de découvrir l’issue de cette double histoire d’amour. Le désarroi de Rosny, partagé entre deux femmes, une qu’il aime et une autre à laquelle il ne peut résister, m’a touchée et l’écriture de Jules Barbey d’Aurevilly donne au roman un souffle à la fois de romantisme, d’aventure et de dramaturgie propre à ce genre de récit avec un final en total accord avec le fond de l’histoire.

Un classique de la littérature française que j’ai aimé découvrir et qui fait scandale à sa sortie par son audace…

Editions TUM/Grands caractères – Novembre 2020 – 640 pages

Ciao