Mon mois de Juin 2022

BILAN JUIN 2022

Un printemps aux airs d’été caniculaire….. Je n’aime pas la chaleur, la grosse chaleur qui me laisse impuissante, inactive et cloîtrée dans la pénombre de la maison. Mais vu mon tempérament je me suis malgré tout « bougée », ai participé à un atelier d’écriture pour soutenir ma bibliothèque, aux comités de lecture des bibliothèques et celui de la jeunesse (que je vais abandonner), ai fêté des passages, ai changé de look et fini le mois avec un séjour à Paris, un retour dans ma ville de naissance et d’enfance, un Paris que je n’aime plus mais qui me permet de voir des expositions, des lieux et des gens que j’aime. J’ai appris que certains animateurs partaient, d’autres arrivaient, j’ai commencé à lister les podcasts que j’aime écouter l’été, j’ai pris des décisions qui restent à appliquer (le plus compliqué parfois), j’envisage le futur différemment (comme je l’avais envisagé et non comme le présent a pris le dessus), je découvre Netflix, je prends le temps, je m’apaise. 

Mes lectures

Coup de 🧡

UNE VIE COMME LES AUTRES

Une vie comme les autres de Hanya Yanagihara

J’ai beaucoup aimé 

La patience des traces de Jeanne Benameur(et presque un coup de cœur)

Frankenstein ou  le Prométhée moderne de Mary Shelley (lu dans le cadre de la 3ème saison du challenge Les classiques c’est fantastique)

J’ai aimé

La mère à côté de Thael Boost 

Jonas ou l’artiste au travail de Albert Camus (lu dans le cadre de la 3ème saison du challenge Les classiques c’est fantastique)

Dark Island de Vita Sackville-West

J’ai aimé mais sans plus

LE PARFUM DES CENDRES

Le parfum des cendres de Marie Mangez lu par Sophie Frison (lecture audio)

J’ai vuFRERE ET SOEUR

Frère et sœur de Arnaud Despleschein, un film étrange comme l’est la relation entre Marion Cotillard et Melvil Poupaud (tous deux très bien ancrés dans leurs rôles) et comme le sentiment que j’ai eu en sortant de la salle, ne sachant pas trop ce que j’en pensais et même encore aujourd’hui…. Que c’est compliquée une famille !

 

J’ai visité

L’exposition du peintre finlandais Albert Edelfelt au Petit Palais et j’ai aimé tout aimé : le lieu, les toiles, les scènes représentées, les visages si expressifs. 

le Musée et Jardin Albert Kahn à Boulogne Billancourt. J’y ai trouvé la maison japonaise où je rêverais de vivre, nichée au creux d’un jardin zen. Un lieu hors du temps s’il n’y avait pas en fond sonore le bruit de la circulation….

Et pour clore le spectacle, une visite surprise au Centre culturel coréen (20 rue de la Boétie à Paris) pour un voyage immersif et colorée et une découverte de la fête des lanternes (j’ai adoré).PARIS JUIN 22 9PARIS JUIN 22 12 

 

Et puis des restos, des jeux, des balades, des papotages, du temps repris sur l’absence…

Juin est parti, Juillet est là et il y a un parfum de renouveau dans l’air……

Ciao 📚

Dark Island de Vita Sackville-West

DARK ISLAND IG

 

A quatre périodes de la vie d’une femme, ce roman raconte la fascination de Shirin Wilson pour une île dont son mari, Venn le Breton, est le maître, et son propre besoin de liberté.
Tous les hommes sont fous de Shirin, qui n’a qu’une passion : l’île de Storn, entrevue dans son enfance et qui s’incarne au cours d’une soirée par son châtelain, Venn Le Breton. Venn, fasciné par la jeune femme, l’épouse et l’emmène dans son île, où règne une redoutable grand-mère

 

Ma lecture

Il y avait une alliance d’ordre mystique possible entre Storn et une femme comme Shirin. Une sombre histoire d’amour. Qui avait mal tourné. (p166)

Le personnage principal de ce roman est une île : Storn, dont Shirin est tombée amoureuse, une île qui l’a envoutée, son seul amour et ce depuis l’enfance. Une île au centre et finalement l’enjeu d’un couple. Quand Shirin fait la connaissance à 16 ans de Venn Le Breton, l’héritier de l’île, de deux ans son aîné, elle ne se doute pas qu’un jour elle vivra sur ce bout de terre battue par les vents et les vagues, un lieu paradisiaque mais qui va se révéler un lieu de tourments.  En effet le mariage va se révéler comme l’union d’un homme fou de jalousie et d’une femme indépendante et secrète, devant se soumettre à la volonté de son époux afin de continuer à vivre à Storn, dont elle ne sera jamais la propriétaire. 

Vita Sackville-West construit son roman en suivant Shirin au fil des ans, à 16, 26, 36 et 46 ans en s’attachant à suivre son héroïne au caractère bien trempé, volontaire dont la seule faiblesse est son attachement à une terre dont elle n’aurait jamais imaginé être un jour l’occupante et pour elle cela, elle devra accepter humiliations, renoncements, le prix à payer pour vivre à Storn.

Venn ne comptait pas. Storn, si, qui lui appartenait. Il ne s’agissait pas d’une volonté d’exercer un quelconque pouvoir sur l’île ni de contester les privilèges de lady Le Breton. Elle souhaitait seulement qu’on lui reconnaisse le droit de vivre ici, de se fondre dans toute cette beauté, vagabonder en toute liberté, méditer des heures entières face à la mer, dans l’embrasure d’une fenêtre. Et peut-être qu’au bout du chemin, elle trouverait une paix intérieure qui lui permettrait de se réconcilier avec la vie. (p125)

L’autrice met en parallèle les caractères du couple dont il ressort finalement une violence différente : celle de Venn qui peut passer d’une forme de tendresse, d’amour à la fureur provoquée par l’inaccessibilité de Shirin, le mystère dont elle s’entoure et celle de Shirin, blessée dans son amour propre, ne voulant jamais abandonnée sa liberté de vie, ne rien révéler de son passé, ne rien concéder à celui qui aurait pu, peut-être, tout avoir s’il n’avait pas refusé qu’elle soit un jour la Maîtresse de Storn.

Shirin est une femme que l’on pourrait trouver dénuer de sentiments, que ce soit pour ses enfants, sa famille (en dehors de son père aveugle) et les hommes qui ont partagé sa vie si elle n’avait cet amour d’un lieu pour lequel elle accepte ce qu’elle n’aurait jamais accepté de quiconque. Une blessure ancienne, une attirance impossible envers une amie ou un dévouement sans faille pour tous ceux qui souffrent sont les autres aspects de sa personnalité. Les tempéraments s’affrontent, se blessent, l’orgueil de chacun empêchant la moindre concession à l’autre durant toute leurs vies.

Dark Island est un roman à l’ambiance sombre, pesante tout au long des 30 années, dont on se doute que l’issue ne pourra être que dramatique. Il n’a pas été sans me faire penser aux Hauts de Hurlevent dans le genre histoires d’amour violentes et tragiques, où l’amour et la haine s’entrecroisent sans jamais définir exactement les limites, que ce soit dans le couple formé par Shirin et Venn mais également dans la relation qu’entretient Shirin avec Tracey, un avocat conciliant ou celle plus ambigüe avec Cristina, son amie depuis de longues années et sa confidente.

Ce qui est frappant dans l’univers de Vita Sackville-West c’est le soin qu’elle apporte à la description des sentiments, revirements, comportements humains en parsemant son récit des pensées de chacun de ses personnages, pensées avouées ou tues, chacun de ses personnages n’étant jamais à une seule facette mais oscillant entre différentes attitudes, réactions, comportements suivant les époques.

C’est une écrivaine qui se révèle très moderne (ce roman a été publié en 1934) faisant du personnage de Shirin une femme se libérant jusqu’à son mariage du joug masculin, se moquant du regard des autres, menant sa vie au grand jour, se jouant des convenances et même de son rôle de mère mais elle devra se résigner à subir par amour d’une terre. Comme dans Haute Société, elle porte un regard sans concession sur les strates de la société dont elle connaît parfaitement le fonctionnement, la place des femmes et la revendication de leur condition, leurs attentes et exigences mais en gardant une part de mystère ici, propice aux lieux et au conflit marital, et qui ne trouvera son dénouement que dans la tragédie. 

Traduction de Micha Venaille

Editions Autrement – Janvier 2011 -255 pages

Ciao 📚

 

Jonas ou l’artiste au travail de Albert Camus

JUIN CEST DANS LART

Deuxième choix se rapprochant plus de l’art et après quelques recherches trouver une nouvelle d’Albert Camus qui évoque l’artiste au travail et avec une couverture qui est sans équivoque sur le contenu….

JONAS OU L'ARTISTE AU TRAVAIL IG

Quatrième de couverture : Quoi qu’il puisse arriver, Jonas, peintre au talent reconnu, croit en sa bonne étoile — jamais elle ne cessera de l’aider et de le guider. Pourtant la vie, ses proches, ses amis, ses disciples l’acculent peu à peu à la stérilité artistique…

Ma lecture

Cette nouvelle fait partie du recueil l’Exil et le Royaume publié en 1957, dernier ouvrage publié du vivantALBERT CAMUS d’Albert Camus (prix Nobel de littérature, décédé en 1960).

Dans cette nouvelle il n’est pas à proprement parler d’une œuvre mais des conditions de travail de création et comment celui-ci évolue dans le temps avec les contingences domestiques et familiales d’un peintre, Gilbert Jonas, qui croyait en sa bonne étoile…. Mais cela suffit-il ?

Incipit :

Gilbert Jonas, artiste peintre, croyait en son étoile. Il ne croyait d’ailleurs qu’en elle (…) Sa propre foi, pourtant, n’était pas sans vertus puisqu’elle consistait à admettre, de façon obscure, qu’il obtiendrait beaucoup sans jamais rien mériter. (p13)

Tout ce qu’il désire il l’obtient : femme, enfants, logement, amis, célébrité et cela sans avoir le sentiment de fournir, tout du moins dans les premiers temps, d’efforts. Mais comme dans tout art, il y a le revers de la médaille : la célébrité amène des parasites en tout genre et pour créer il faut de l’espace, avoir l’esprit libéré de toutes entraves. Peu à peu, après avoir été reconnu, fêté, admiré la source se tarit d’autant qu’il pense que cela lui est arrivé sans effort. Il va tenter de trouver « son lieu à soi », l’endroit où son inspiration ressurgira pense-t-il et peu à peu se replier sur lui même sans travailler pour autant son art. Il va croire jusqu’au bout à sa bonne étoile, dépérissant et se posant se résumant en un mot, impossible à déchiffrer : Solitaire ou solidaire ?

Une nouvelle aux accents de fable sur le thème des choix de la vie : peut-on être artiste et avoir les obligations d’une famille, du relationnel indispensable à la notoriété, un espace pour créer (je retrouve ici le thème du merveilleux texte de Virginia Woolf : Un lieu (ou une chambre) à soi) mais également sur l’artiste qui se croit doter d’un talent inné, se reposant sur celui-ci sans voir que celui-ci, tel un jardin, doit être entretenu. En effet, au fur et à mesure que grandit la notoriété son pouvoir créatif diminue comme diminue son atelier qui finira par devenir un espace sombre, un réduit, une soupente, dans laquelle il se sent protéger de toute intervention extérieure, reportant sur les autres et son environnement son manque de créativité, s’enfonçant peu à peu dans la dépression.

C’est une évocation qui pourrait avoir comme toile de fond tous les domaines de notoriété créatrice, comment celle-ci vous contraint à des choix Jonas étant  partagé entre sa famille (sa femme et ses 3 enfants) et son art, son atelier se situant dans l’appartement familial. Prend-il ce prétexte comme alibi à sa perte d’inspiration ? Faut-il choisir entre vie créatrice et vie familiale ? Faut-il vivre en ermite pour créer ? Et n’est-il pas dangereux que le succès arrive trop vite, trop facilement sans avoir d’efforts à fournir ?

Une lecture qui soulève bien des questions dont nous n’obtenons pas forcément les réponses, laissant le lecteur à sa propre interprétation avec le dernier message de Gilbert Jonas : « Solitaire ou Solidaire ». Croire en sa bonne étoile et se laisser porter par les événements, la réussite est-elle suffisante pour réussir ou faut-il travailler, sacrifier sa vie personnelle pour se vouer corps et âme à son œuvre ? Dans bien des domaines artistiques la question s’est posée à bon nombre d’artistes !

J’ai aimé mais j’ai préféré mes précédentes lectures de cet auteur comme La peste lu avant la création du blog), L’étranger ou Le premier homme . Ici Albert Camus explore l’homme dans sa créativité et il réussit à bien planter le décor de ce foyer (très bohème), le caractère de Jonas, qui accepte et se plie à toutes les concessions nécessaires à sa vie familiale mais également à ses besoins artistiques, à l’abnégation de son épouse, Louise, se dévouant corps et âme à son talentueux mari et à ses enfants, acceptant toutes les concessions pour que celui-ci puisse créer.

Ce texte est suivi de La pierre qui pousse qui figure également dans L’Exil et le Royaume contant les aventures d’un ingénieur, d’Arrast, intervenant au Brésil pour l’édification d’une digue (encore une création) qui se lie avec une communauté villageoise et assiste à une procession vaudou consistant à porter une énorme pierre, procession à laquelle il acceptera de participer et même d’en être le héros, ensorceler par l’ambiance, l’environnement et se fondra parmi eux devenant l’un d’eux convaincu qu’il a trouvé un sens à sa vie.

Une deuxième nouvelle contrastant par l’ambiance plus rythmée, presque oppressante mais qui reprend le thème de la solitude d’un être dans sa vie créatrice, dans les choix qu’il doit faire pour y donner un sens même si celui-ci sont loin de ce qu’il avait imaginé.

Comme souvent les nouvelles font partie d’un tout et il faut peut-être lire L’Exil et le Royaume dans sa totalité, celui-ci traitant du sentiment d’insatisfaction et d’échec, pour en apprécier toute la portée…

Natiora a choisi également Albert Camus et Jonas et vous trouverez ICI sa chronique dont l’interprétation diverge quelque peu de moi….

Lecture dans le cadre du challenge Les classiques c’est fantastique (2ème saison) orchestré par Moka Milla et FannyLES CLASSIQUES C'EST FANTASTIQUE S3

Editions Folio – Novembre 2021 -120 pages

Ciao 📚