Le rêve le plus doux de Doris Lessing

LE REVE LE PLUS DOUX

Je ne sais pas si cela vient de l’auteure à laquelle je suis peut-être hermétique bien qu’elle soit prix nobel de littérature, de la traduction, de l’histoire ou …… enfin bref après 120 pages le livre me tombe des mains, je n’arrive pas à entrer dans l’histoire de Frances et Julia. Beaucoup de personnages, c’est pour moi confus, je n’arrête pas d’essayer de mémoriser qui est qui (ou alors c’est un effet des fêtes de fin d’année) et d’avoir un intérêt pour eux.
Le résumé du début : 1963 : Julia héberge au rez-de-chaussée de sa maison de Londres sa belle-fille et ses 2 fils : Andrew et Colin. Son fils, Johnny, communiste pur et dur, divorcé de Frances et remarié (et en voie de deuxième divorce) lui confie Sylvia, fille de sa deuxième femme, dont personne ne veut s’occuper….. 
Mais Frances tient également une « auberge espagnole » des différents ami (e)s de ses fils : Rose, Sophie, Gabriel, Daniel etc….. et tout ce beau monde cohabite dans un esprit baba cool, lycée ou pas, hash, etc… Frances ancienne comédienne travaille pour un journal au courrier des lecteurs.
Nous suivons tout ces personnages dans leur quotidien, leurs prises de position avec l’actualité, les passages fréquents de Johnny avec son ami Mo entre deux voyages dans les 4 coins du monde.
Bref, sûrement que ce roman retrace l’histoire d’une jeunesse, d’une époque mais certaines phrases j’ai eu beau les lire deux fois, rien à faire, le style ou la traduction me reste hermétique.

Je ne suis qu’une simple lectrice, sans connaissance approfondie, un livre me plaît ou me déplaît (j’ai la sanction de la page 100 pour continuer ou arrêter un livre) mais je ne me force pas même s’il s’agit d’un auteur reconnu. Il en faut pour tous les goûts, toutes les sensibilités. 

Il est question aussi de moment : je suis persuadée qu’il y a des périodes pour lire tel ou tel livre : celui-là n’est peut être pas celui qu’il me fallait aujourd’hui, maintenant. Question de réceptivité peut-être

J’avais pris ce livre par la renommée de l’auteure : je tenterais ma chance avec un autre roman pour me faire une idée définitive sur celle-ci.

Ciao

Il est toujour minuit quelque part de Cédric Lalaury

IL EST TOUJOURS MINUIT QUELQUE PART

Bill, professeur de littérature reçoit anonymement un livre retraçant un épisode de sa vie datant de 20 ans. Non seulement le roman lui a été adressé mais il a été également adressé à sa famille et à certains de ses amis semant ainsi l’incompréhension et la colère.
Qui est l’expéditeur, quel est son but.
J’ai commencé à lire par hasard et je me suis vue prise au piège de l’intrigue : c’est bien écrit, rapide, efficace, les personnages et l’action intéressante J’ai passé un très bon moment (lu pendant un voyage en train) : Lecture idéale pour un lendemain de fêtes…..

Ciao

Les chemins noirs de Sylvain Tesson

SUR LES CHEMINS NOIRS

Sylvain Tesson fait le récit du voyage qu’il a effectué à pied du sud de la France jusqu’en Normandie à la suite de son accident (chute du 8ème étage d’un immeuble) et où il a vu son corps et son visage abîmés.
Il choisit de passer par les « chemins noirs » c’est-à-dire les routes et sentiers à l’écart du monde afin justement de rencontrer les vrais paysages, les vraies gens mais aussi la solitude du randonneur et une réflexion sur la vie, le temps.
Très beau roman, court mais efficace sur notre époque, sur la prise de conscience d’un monde qui disparait et sur la vie rurale, dure mais réelle.
J’ai beaucoup aimé ce roman car il nous oblige à réfléchir à notre vie, au sens que l’on veut lui donner (si ce n’est déjà fait) et sur le fait de retrouver de vraies valeurs et non un mode artificiel qui ne nous mènera qu’au désarstre (enfin c’est mon avis).

Ciao

Magasin général – Tome 4 – Confessions de Loisel & Tripp

MAGASIN GENERAL CONFESSIONS

Marie est vraiment attirée par Serge mais lui….. l’aime « bien/beaucoup » mais comme une soeur car Serge aime les hommes. Marie, malgré toutes ses tentatives de séduction et la volonté de tout le village de les voir officialiser leur couple, ne parvient pas à ses fins et lui demande même de partir afin qu’elle puisse l’oublier et reconstruire sa vie. Mais rien n’est simple à Notre Dame des Lacs….. Mais Serge fait partie maintenant de la vie du village, tout le monde l’apprécie et il se retrouve même père…. d’un grand enfant !!!! Quand je vous dis qu’il se passe toujours quelque chose là-bas…. Marie accompagnée de Marceau va chercher des draps pour en faire des nappes pour le restaurant va vivre des moments qu’elle rêvait avec un autre homme et maintenant que va-t-elle faire ?
Je suis devenue « addict » à cette bd car les personnages sont formidables de réalisme, de générosité, de réalité et puis la langue ….. tout un dépaysement en plus des paysages. On plonge dans cette campagne profonde du Canada avec délice, malice et rires. Vivement la suite.

Ciao