Les montagnes hallucinées de Gou Tanabe d’après Howard Phlipps Lovecraft

LES MONTAGNES HALLUCINEES T1Résumé

Les meilleurs récits de Lovecraft en manga et au format roman graphique !
En 1931, une expédition de sauvetage découvre le campement en ruines du Pr Lake, parti explorer l’Antarctique quelques mois plus tôt. Son équipe de scientifiques avait envoyé un message annonçant une découverte extraordinaire avant de sombrer dans le silence…

Sur place, des squelettes humains dépouillés de leur chair laissent imaginer les scènes d’horreur qui ont pu se dérouler. Plus perturbantes encore : les immenses montagnes noires aux pics acérés au pied desquelles le Pr Lake et ses compagnons ont rendu l’âme… Ces terres désolées semblent cacher de terribles secrets. Gare aux imprudents qui oseraient s’y aventurer !

Ma lecture

Encore une lecture faite sur recommandation de ma bibliothécaire et dans une catégorie où je m’aventure très peu, le manga, car à chaque essai j’ai eu un réel problème avec le sens de lecture et en plus ce récit est un récit de science-fiction, domaine qui m’est totalement étranger.

Gou Tanabe a repris le récit de H.P. Lovecraft, écrivain spécialisé dans les récits fantastiques, d’horreur et de science-fiction, lui-même inspiré pour cette histoire d’une nouvelle Edgar Poe.

1931, Antarctique : une expédition ne donne plus signe de vie après un dernier message sibyllin : importante découverte ! Un groupe d’hommes part à leur recherche et vont suivre les traces laissées sur place et au fur et à mesure de leur progression ils vont peu à peu être face à des mirages mais aussi à des visions d’horreur, de charniers et par la présence d’étranges empreintes sur les roches….. Suite à une divergence d’actions deux groupes vont se former : l’un partira sans tenir compte des mises en garde et conditions climatiques, l’autre restera en base arrière…..

Que dire sinon que je me suis lancée dans cette lecture sur la pointe des pieds, toutes ces références m’inquiétaient un peu. Je me suis très vite aperçue que les pages défilaient et je me suis prise dans les filets des illustrations très détaillées, précises et qui reflètent le climat du récit, celui-ci devenant très vite oppressant de par les découvertes et les questionnements mais aussi très intriguée par ces mirages….. Il y a je pense des codes du genre que je ne possède sûrement pas mais cela ne m’a pas empêché de prendre plaisir à cette lecture.

Tout contribue à donner à l’ensemble un côté angoissant et au fur et à mesure des découvertes, très macabres pour certaines, surnaturelles pour d’autres, on cherche à comprendre, à découvrir, à explorer pour obtenir des réponses.

Je me suis immergée dans ce premier tome sans le lâcher, craignant parfois de découvrir les pages suivantes, ce qu’elles allaient révéler et de connaître  ce que sont ces Montagnes noires et ce qu’il est arrivé aux membres des différentes expéditions.

Voici deux exemples des illustrations assez représentatives de l’ambiance du récit, des expressions des personnages, celles-ci se suffisant parfois à elles-mêmes tellement elles expriment le climat du récit :

LES MONTAGNES HALLUCINEES 1LES MONTAGNES HALLUCINEES 2

Le deuxième tome doit bientôt arriver à la bibliothèque et j’ai hâte (et un peu peur) de découvrir la suite et fin de cette expédition hors du commun, extraordinaire et d’une rare qualité graphique.

Traduction Sylvain Chollet

Editions Ki-oon -Octobre 2018 – 288 pages

Ciao

Le maître des livres – Tome 1 de Umiharu Shinohara

LE MAITRE DES LIVRES

À la bibliothèque pour enfant « La rose trémière » vous êtes accueillis et conseillés par Mikoshiba, un bibliothécaire binoclard célèbre pour son caractère bien trempé. Mais contrairement à ce qu’il peut laisser paraître, c’est un professionnel de premier ordre. Aujourd’hui encore, adultes comme enfants perdus dans leur vie viennent à lui en espérant qu’il leur trouvera le livre salvateur.

Ma lecture

Je ne lis que très peu de manga …. Un problème de lecture pour moi. Un livre que l’on lit à l’envers me pose un réel problème, je suis régulièrement perdu, je reprends parfois la lecture de gauche à droite etc….

Les seuls que j’ai pu lire et avec un immense plaisir sont ceux de Jiro Taniguchi

déjà parce qu’ils étaient dans un format pour moi traditionnel de lecture mais aussi parce qu’ils abordent des thèmes profonds qui m’ont touchée et que le détail des dessins est hallucinant.

J’ai été attiré par Le Maître des Livres car j’avais lu un article sur ce manga et moi dès que l’on me parle de livres, de bibliothèque, de lecture je craque.

Et bien je comprends que ce manga est un gros succès (je crois qu’il y a déjà 15 tomes). Oui d’accord, le bibliothécaire est assez colérique, bougon mais quel talent….. Il s’obstine à donner à chacun le livre qui lui correspond….  comme un sommelier donne le vin qui s’accordera le mieux à un plat ! Merveilleux et en plus il convertit des récalcitrants à plonger dans la lecture.

Cette bibliothèque « La Rose Trémière » est privée mais ouverte à tous, la propriétaire Mme Kotegawa va donner à Mikoshiba les moyens de créer la bibliothèque de ses rêves pour des raisons que je vous laisse, bien sûr découvrir.

J’ai beaucoup aimé le fond de ce manga : convaincre que chacun peut trouver dans une bibliothèque un livre qui est fait pour lui, quelque que soit le livre. Qu’un livre peut changer votre vie, donner des réponses, vous faire voyager ou vivre une aventure.

Dans ce premier tome Shusaku va entrer par hasard dans cette bibliothèque, il traîne sa vie de désillusion en bar, la première rencontre avec Mikoshiba sera explosive mais celui-ci va, grâce à un conte, faire plonger le jeune homme dans ses souvenirs, sur le sens de sa vie, sur la dérive de celle-ci et sur l’envie de devenir un homme respectable, ce qu’il est loin d’être.

J’ai aimé l’ambiance parfois un peu rock’n roll du lieu, les différents personnages qui soit y travaillent soit passent prendre un livre : la mère surprotectrice de son enfant, les bandes de gamins en recherche d’aventures etc…. mais c’est surtout Mikoshiba qui intrigue, qui interroge….. Il observe, il écoute, il râle mais il se trompe rarement sur le choix des livres qu’il propose même si parfois on est un peu surpris.

Je ne pense pas lire tous les tomes, mais c’est intéressant de découvrir d’autres styles de littérature, se rendre compte qu’il y a des sujets très intéressants qui y sont abordés, plutôt destinés aux adolescents mais la lecture n’a pas de barrière et pour ma part il m’arrive souvent de faire de jolies découvertes dans les rayons jeunesse et jeunes adultes.

Ce serait faire preuve d’une grande stupidité que de considérer comme débiles des œuvres que l’on n’a jamais lues ! (p8)

Faire preuve de curiosité, sortir de sa zone de confort, la lecture offre également cette opportunité, alors il faut en profiter.

Mon avis : 📕📕📕📕

Komikky éditions – Août 2014 – 192 pages

Ciao

 

Le journal de mon père de Jirô Taniguchi

LE JOURNAL DE MON PERE

Résumé : Moi qui n’étais pas revenu dans ma ville natale depuis plus de dix ans, je découvrais peu à peu de facettes de mon père qui m’étaient inconnues.
Je prenais conscience du fossé que j’avais creusé pour échapper à tout dialogue .

Mon avis :Je viens de terminer avec toujours beaucoup d’émotion ce manga de Jiro Taniguchi. C’est une belle découverte (tardive je le reconnais) de ce mangaka et de ses oeuvres, car il s’agit bien d’oeuvre quand on voit la finesse du travail, ses détails mais aussi et surtout la richesse des textes et de l’analyse de l’auteur sur son personnage (sûrement proche de lui-même et de son vécu qu’il confirme à la fin de l’ouvrage dans la postface). Il y a dans chaque ouvrage la sensation du temps qui passe, du passé, de la nostalgie et du questionnement. Une langueur douce et l’on tourne les pages en se reconnaissant dans beaucoup de plans ou réflexions. Oui j’aime.

Ma note : ****

Ciao