Réelle de Guillaume Sire

REELLE

Johanna veut exister et pour elle exister c’est être aimée, admirée….

Elle a une idole Ophélie Winter et elle veut lui ressembler mais comment y parvenir ? Grâce à un concours elle va être contactée pour faire partie d’un nouveau type d’émission, vivre sous l’œil des caméras et donc de tous les téléspectateurs. Est-elle prête à vivre une telle aventure ? Cela correspond-il à l’image du bonheur dont elle rêvait ?

Ma lecture

Rappelez-vous, fin des années 90 et l’arrivée en France des émissions de télé-réalité inspirées de Big Brother en Hollande : Loft Story, ces jeunes enfermés dans une maison truffée de caméras où les téléspectateurs deviennent des voyeurs…..

Et bien c’est sur ce thème que Guillaume Sire a bâti son récit :  Johanna, Edouard et Laura (Loana et Jean-Edouard, Laure et comparses, il n’y a aucun doute sur l’inspiration tellement les prénoms sont similaires) sont les personnages principaux du roman.

Chez les Tapiro il y a le père Didier, commercial chez un concessionnaire automobile, Sylvie, la mère et Kevin le jeune frère de Johanna et il y a Johanna, 16 ans, timide et effacée à la différence de son amie Jennifer, qui elle n’a pas froid aux yeux et qui va l’aider à s’émanciper en particulier dans ses relations amoureuses.

Et puis il y a la télévision qui est allumée toute la journée, elle est un élément important et déterminant dans le futur de Johanna. Pour tous, elle est le repère, elle fait partie intégrante de la famille.

La famille de Johanna se glorifie et utilise elle-même l’image de la jeune fille, la mère allant jusqu’à dicter à celle-ci ses actions, réactions, car Johanna est malléable à souhait : par les garçons qu’elle rencontre, par son amie, par sa famille. Chacun y va de son conseil et elle obéit. Elle voit mais ne réagit pas, elle subit mais ne réagit pas, elle accepte mais ne réagit pas. Car ce qu’elle veut c’est exister, être aimée. Elle est en continuelle demande d’amour et est prête à tout.

L’auteur n’essaie pas de se cacher d’avoir pris comme modèle cette émission qui fut une révolution dans l’audiovisuel et continue de diffuser ce type d’émissions sur les chaînes de la TNT, je crois, qui a donc son public, le plus souvent jeune et révèle les dessous du monde des médias et du show business qui promet à ces jeunes adultes gloire et célébrité, même sans avoir aucun talent, simplement d’être eux et d’accepter les règles….. et elles sont draconiennes et parfois violentes. On les traite comme du bétail, sans considération pour leurs états d’âme, leurs envies, leurs besoins. Ils sont tellement malléables car tellement en demande d’amour et de reconnaissance.

Mais on se doute que tout cela n’a qu’un temps, que le miroir aux alouettes va bientôt se briser et que chacun devra reprendre sa place. Mais que restera-t-il de l’expérience. En sortent-ils grandis ou affaiblis ? Trouveront-ils ce qu’ils espéraient et à quel prix ?

L’auteur ne fait aucune concession sur le déroulé et n’essaie pas d’enjoliver les choses : tout est relaté froidement, en installant dans la première partie toutes les pièces du jeu qui va se jouer, sous nos yeux, à la différence des téléspectateurs de l’époque qui ont été mis face à ces jeunes adultes sans rien connaître de leur passé et de ce qui les a amenés à se mettre à « nu » devant les caméras.

On comprend grâce à l’exploration du passé de Johanna, ce qui a permis aux maisons de production de trouver les candidats parfaits : on les flatte, on les porte aux nues, on leur offre momentanément une vie de rêve, celle dont ils ont toujours rêvée, ils vont avoir des fans à leurs pieds, on les verra, enfin.

Dans la deuxième partie, Johanna est dans le « Loft », passe de l’ombre à la lumière, de petits boulots au statut de Star, partagera même la scène avec son idole, se croyant son égale mais le monde des paillettes est un monde où tous les coups sont permis et où les apparences sont trompeuses.

Le problème de ma lecture, c’est qu’elle ne m’a rien fait réellement découvrir sur ce milieu, sur ces jeunes car on se doute (enfin pour ma part) de la façon dont cela se passe mais peut être pour des lecteurs plus jeunes, qui sont attirés et croient à ce qu’ils voient et l’espèrent pour eux, c’est une lecture qui peut être un révélateur (mais pas sûr que ce soit un public de lecteurs…..). J’ai même été un peu agacée par la naïveté de cette jeune fille, de son envie de trouver l’amour, le vrai, la célébrité, la vraie, un peu plus d’argent mais elle est prête à des sacrifices pour devenir celle que tout le monde va envier.

Il n’y a pas de vraies surprises, de révélations ou de découvertes et tout cela reste, comme les personnages, très superficiel mais plaisant malgré tout à lire. C’est un constat sur notre société qui est constituée en grande partie sur l’image. L’auteur n’a pas cherché à dévier de la réalité de cette première émission, il en dresse le portrait type.

La télévision fait miroiter à ces jeunes l’argent (peu par rapport à ce qu’elle-même en tire), certains resteront sur le devant de la scène pendant quelques temps, d’autres s’effondreront, d’autres disparaîtront. C’est un monde artificiel, voir les autres vivre, les regarder, pas par le petit bout de la lorgnette mais par écran interposé, se repaître de leurs langages, leurs défauts, leurs souffrances, leurs amours etc… Ce type de programmes n’existe que parce qu’il a un public, qu’il y a une demande.

Le récit montre parfaitement la montée en puissance du désir de Johanna, sa naïveté puis son enchantement de faire partie du milieu (croit-elle) qu’elle admirait puis le temps du bilan arrive, comme arrive  les nouveaux candidats et le retour voulu ou non à la maison.

Johanna n’avait qu’un but : exister, être aimée, attirée l’attention, elle va vivre une expérience qui laissera des traces à elle de savoir si elle a atteint son but.

Mon avis : 📕📕📕/📕

Merci aux Editions de l’Observatoire et à Masse Critique Babelio pour cette lecture

Editions de l’Observatoire – Août 2018 – 306 pages

Ciao

 

Qui ment de Karen M.Mc Manus

QUI MENT

Dans un lycée américain, cinq adolescents sont collés : Bronwyn (l’élève parfaite), Addy (la fille populaire), Nate (le délinquant), Cooper (la star du baseball) et Simon (le gossip boy du lycée). Mais Simon ne ressortira jamais vivant de cette heure de colle…

Et les enquêteurs en sont vite sûrs, sa mort n’est pas accidentelle. Dès lors qu’un article écrit par Simon contenant des révélations sur chacun d’eux est découvert, Bronwyn, Addy, Nate et Cooper deviennent les principaux suspects du meurtre.

Ce qui est sûr, c’est qu’ils ont tous quelque chose à cacher…

Ma lecture 

Je le dis, je le répète, je ne suis pas une amatrice de romans policiers et thrillers mais il y faut parfois, malgré tout en lire, et ici c’est dans le cadre du comité de lecture jeunesse.

Donc je me glisse dans la tête d’une ado pour lire ce livre, je tente de me souvenir de ce que j’aimais, ce que je recherchais dans mes lectures à cet âge là. Bon voilà je suis prête (enfin je me dis qu’une ado de maintenant n’est pas une ado de mon époque mais passons sur quelques détails)

Je ne vous cache pas que j’ai eu un petit peu de mal mais pas dû au fait du livre plus à mon esprit « rebelle » à ce type de lecture : quand un roman pour ado comporte un fond sociétal par exemple pas de soucis mais là, très franchement j’ai eu du mal à me concentrer, à m’intéresser à l’intrigue, mais j’ai le sens du devoir alors je vais vous donner mon avis.

5 Lycéens bloqués en colle avec un professeur, l’un d’eux décède qui est le coupable ? Sachant que personne n’est sorti, personne n’est entrée, qu’ils sont toujours restés ensemble ?

Chaque chapitre est pris par l’un des 4 adolescents pour nous relater son parcours, son vécu de l’enquête, ses doutes, ses remises en question car ce qui est malgré tout intéressant, c’est que ces quatre jeunes ne s’apprécient pas au départ, ils se connaissent peu ou mal et par la force des choses ils vont devoir faire front commun pour trouver le ou la coupable.

On y a glissé un peu de romance, cela donne un peu de douceur et de piquant (ce que je pourrais reprocher c’est à nouveau le stéréotype du mauvais, du louche « beau » jeune homme qui affole l' »intellect belle jeune fille de bonne famille »…..

Je pense qu’il peut intéresser des jeunes par son histoire : les quatre adolescents sont tous très différents mais caractéristiques : l’intellectuelle, le bad boy, le sportif, la « poupée », la trame et l’enquête est bien construite à la manière du mystère de la Chambre jaune (lieu clos, tous les protagonistes sont là, le meurtrier aussi)? L’enchaînement des événements donne un page turner efficace, le rôle des médias, des réseaux sociaux etc…. un réalisme et une réflexion sur leurs utilisations.

Sur le fond donc rien à lui reprocher sauf peu d’originalité (mais là c’est peut être l’adulte qui parle). Mais je suis sévère : l’approche des différents caractères de chaque lycéen, ses déductions, leur regard sur les parents et leurs problèmes est intéressant. Les lecteurs peuvent se retrouver dans les situations exposées même si dans la vie tout n’est pas un happy end mais le roman aborde également des thèmes comme la drogue, l’alcool, l’homosexualité, les relations parents-enfants mais aussi homme-femme.

Oui finalement un bon livre de divertissement, bien écrit, bien construit mais pour moi sans originalité, sans un petit truc en plus qui le distinguerait d’un autre….

Mon avis : 📕📕📕 En tant qu’adulte

                   📕📕📕/📕En tant qu’ado

Livre lu dans le cadre du Comité de Lecture Jeunesse

Editions Nathan – Février 2018 – 456 pages

Ciao