La maison sur le rivage de Daphné Du Maurier

JUILLET BORD DE MER OU GRAND LARGE

J’ai trouvé très rapidement le livre adapté au thème du mois de Juillet dans ma PAL : Bord de mer ou grand large….. Un roman de littérature anglaise (tiens, tiens….) La maison sur le rivage de Daphné Du Maurier, roman que j’ai dû lire par le passé mais dont je n’avais aucun souvenir. Me voilà donc partie pour les Cornouailles et plus précisément à Kilmarth.

LA MAISON SUR LE RIVAGE IGDick est invité par son ami Magnus Lane à passer ses vacances, en solitaire dans un premier temps, dans le charmant petit village de Tywardreath en Cornouailles et plus particulièrement dans la maison qui porte le nom de Kilmarth. Il en a bien besoin car il se sent harcelé par son épouse Vita qui le pousse, alors qu’il vient de quitter la maison d’édition où il travaillait, à aller vivre aux États-Unis. En fait, Magnus, professeur de biophysique à l’Université de Londres, a besoin de lui pour expérimenter une drogue qu’il a récemment mise au point. Quoique réticent, Dick ingurgite cette potion et, à son extrême étonnement, se retrouve sur la lande en présence d’un cavalier mystérieux prénommé Roger. Attiré comme un aimant, il le suit et se rend compte rapidement qu’il a été propulsé au XIVe siècle dans ce même village. Phénomène étrange, il peut voir, entendre et comprendre sans que sa présence soit révélée. Renouvelant l’expérience à plusieurs reprises, Dick sera le témoin volontaire et invisible des amours, des passions et complots ourdis par la noblesse et le clergé de ce village quelque cinq siècles auparavant.

Ma lecture

Dès le premier chapitre Daphné Du Maurier nous plonge dans le bizarre, dans le paranormal et cela dès le début du roman : un paysage, un lieu puis soudain un cavalier débouche et on comprend très vite que l’écrivaine a décidé de nous immerger immédiatement dans son intrigue comme va l’être Roger après la première absorption de la drogue.

Car Roger est très admiratif de son ami Magnus lui faisant totalement confiance et peut-être également parce que cela lui procure un dérivatif à sa vie actuelle dont il a du mal à trouver un sens même s’il aime toujours sa femme, malgré son ton très dirigiste et n’est pas sûr que ce qu’elle veut pour lui soit ce qu’il désire.

Et très vite Dick va aimer vivre cette aventure extratemporelle grâce à la drogue fournie et tenir informé son ami de ses « voyages » pour que Magnus puisse les confronter à ses propres voyages et étudier les effets secondaires du produit. Et en effet, Dick va multiplier les excursions dans le XIVème siècle sur les lieux où se trouve la maison et vivre non seulement au milieu de complots familiaux mais également tomber amoureux d’Isolda, femme malheureuse dans son couple mais vivant une passion adultère intense. Etant le spectateur invisible et impuissant du présent dans le passé qui ressurgit devant lui mais dans lequel il ne peut intervenir, il va peu à peu prendre goût à ses excursions temporelles où se nouent des intrigues, des empoisonnements, des amours entre les familles et même des complots politiques. Comme toute drogue il y a addiction et danger à trop vouloir savoir sans compter que les paysages changent en six siècles et peuvent être mortels pour certains sans oublier que les effets secondaires vont mettre à rude épreuve son corps.

DAPHNE DU MAURIERDaphné du Maurier, déjà dans Rebecca, aime mêler l’étrange, le mystère (voire le paranormal) et les lieux;. Ici elle y ajoute une dimension : le voyage dans le temps, vers le passé des lieux avec ce qu’ils peuvent avoir garder d’histoires, de mystères et c’est le but qu’elle s’est fixée dans cet ouvrage édité en 1969 et qui rencontra dès sa sortie un grand succès. Le couple formé par Dick et Vita n’a pas les mêmes aspirations : elle, déterminée à retourner vivre sur son sol natal, lui, s’interrogeant sur son devenir mais n’appréciant que peu de choses de sa vie actuelle essentiellement constituée de la famille et amis de sa femme. Mais heureusement il a sa complicité avec Magnus, personnage énigmatique et qui n’apparaît qu’à travers les échanges qu’il a avec Dick.

Les voyages de celui-ci dans le temps vont vite devenir addictifs, se finissant toujours à un moment clé, le « téléportant » sur les lieux où il réside mais avec d’autres aspects, la nature et le monde moderne ayant remodelé les lieux. L’idée de départ est intéressante si l’on fait abstraction de toute les noms des villages, lieux souvent commençant pat « Ter » et qui m’ont perdue (c’est le cas de le dire) car l’autrice s’attache à suivre les déambulations pas à pas et j’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à visualiser l’ensemble mais également par la généalogie des familles dans lesquelles Dick se propulse (même si figure en fin d’ouvrage un arbre généalogique).

J’ai pris le parti d’en faire abstraction, de laisser l’écrivaine libre de me faire parcourir les lieux qu’elle semble connaître parfaitement puisqu’elle vécut à Kilmarth jusqu’à sa mort en 1989, qui se trouve au bord de la mer et dont elle fit le lieu de villégiature de son personnage lui dédiant d’ailleurs son roman à lui et à ses prédécesseurs dans les lieux. Elle a toujours noué un lien très fort avec ses lieux de vie et surtout son manoir Menabilly, qui devint Manderley dans Rebecca, qui fut un gouffre financier mais également un moteur d’écriture afin de l’entretenir.

Une fois ce parti pris j’ai trouvé originale l’idée de construction du roman, voulant tenir le lecteur en haleine (mais nous sommes désormais plus exigeant sur la tension d’un roman), confrontant, comme son personnage principal, le passé au présent et ce dans un même environnement. Elle ajoute les subterfuges que doit trouver Dick pour ses « voyages » et leurs conséquences, car bien souvent les deux se mélangent et déroutent son entourage que ce soit Vita mais également d’autres personnages qui vont intervenir pour des motifs d’enquête (mais je ne vous en dis pas plus). En professionnelle du mystère, l’écrivaine conclut d’ailleurs son roman avec une porte ouverte sur l’inconnu…

C’est un roman plaisant, dépaysant que j’ai aimé mais sans toutefois être autant captivée que je l’ai été par la lecture de Rebecca et son climat oppressant et les personnages qui, même des années plus tard, sont encore présents dans ma mémoire (il faudrait d’ailleurs que je le relise).

Si vous vous intéressez à la vie de Daphné du Maurier et surtout de Menabilly, je vous recommande la lecture de la biographie que Tatiana de Rosnay lui a consacrée dans Manderley for ever qui nous apprend beaucoup sur cette écrivaine au caractère bien trempé et déterminée à vivre comme elle l’entendait.

Traduction de Maurice Bernard Embrède

Le livre de poche – 1970 – 441 pages

Lecture dans le cadre du challenge Les classiques c’est fantastique Saison 3 orchestré par Moka Milla et FannyLES CLASSIQUES C'EST FANTASTIQUE S3

Ciao 📚

Globalia de Jean-Christophe Rufin

GLOBALIA IGL’univers de Jean-Christophe Rufin pourrait être celui d’un Nouveau Monde. Une démocratie compartimentée, régie par un calendrier où chaque jour a sa valeur, habillée de bulles de verre, assurant une température agréable et idéale toute l’année ; des indicateurs au service d’une protection sociale où dominent psychologues et officiers ; la volonté de faire perdurer les existences ; une prospérité ad vitam aeternam pour tous et tout le monde au pas. En somme, en apparence ça pourrait aller plus mal ! Seulement voilà, ce monde nouveau, calibré, mesuré, étudié, encadré est bien ennuyeux. On y bannit le passé, on y surveille la pensée, on contrôle les sorties du territoire, on montre du doigt les réfractaires. Tel est le prix et le revers de l’uniformisation. Un prix difficilement supportable pour Baïkal Smith qui tenterait bien l’aventure ailleurs, avec ses risques et périls.

Je résume

Imaginez un monde vivant sous un dôme, une démocratie unique protégée par une bule, où le ciel est toujours bleu, la température comme les conditions de vie sont idéales et programmées, où le temps est aboli sur les visages grâce à la chirurgie esthétique mais également parce que, grâce à la science, les vies ne connaissent plus de limites car la Protection Sociale veille sur eux la population…. Plus de passé et un avenir uniforme. Un monde idéal où pourtant tout ne l’est pas. Baïkal en particulier cherche à le fuir, à découvrir l’autre monde, celui du dehors et il entraîne Kate, son amour, dans sa fuite. Mais leur fuite est dans le viseur d’un homme, Ron Alman, qui va proposer à Baïkal un marché car le monde idéal à besoin de stimulant et quel meilleur stimulant que d’introduire la peur dans la vie du peuple, afin de le doper et d’encore mieux apprécier le monde qu’on leur a construit …. Mais est-ce la vraie raison, n’y a-t-il pas derrière d’autres enjeux ? Baïkal va découvrir qu’un autre monde existe peuplé de Déchus, de Fraiseurs, de Mafieux qui vont lui ouvrir des portes sur d’autres façons d’être et de vivre  et d’envisager son avenir.

Ma lecture

Tout ce qu’il avait découvert dans les non-zones révélait Globalia sous un jour qui rendait cette société haïssable et digne d’être combattue. Quand il avait voulu s’en échapper, c’était avec le désir vague de retrouver une liberté qu’il avait imaginée lui-même. Désormais, il voyait dans Globalia un ennemi, une construction humaine retournée contre les hommes, un édifice fondé sur la liberté mais qui écrasait toute liberté, un monstre politique à détruire. (p375)

Jean-Christophe Rufin se fait le créateur d’un monde futur, Globalia, dans lequel l’uniformisation règne, où chacun et chacune n’a à s’inquiéter de rien et coule des jours heureux et uniformes. Mais dans tout monde, il y a des êtres qui se rebellent, qui n’acceptent pas les règles établies et qui cherchent à comprendre les limites de ce monde et à trouver la faille et ceux qui gouvernent, dirigent, influencent en un mot détiennent le pouvoir.

Une dystopie dans laquelle on s’installe, trouvant le précepte à la fois bien sympathique quoique terrifiant. Tout est aboli, tout ce qui pourrait être source d’inquiétude et de stress, la Protection Sociale a tout prévu, organisé, planifié, ne laissant aucune place à l’imagination ou à la moindre vague. Une histoire qui démarre sur la fuite d’un homme, le héros, Baïkal, celui qui va devenir le Nouvel Ennemi, devenant le gibier d’une chasse à l’homme programmée et consentie, un homme dont le visage va inonder les écrans, pour lequel des alliances, comme souvent, entre racailles et pouvoir, vont se faire car chacun, que ce soit sous le dôme où dans les non zones, y trouvera son intérêt.

L’auteur va, en homme de lettres qu’il est, créer un autre pouvoir, une force silencieuse,  au sein de Globalia faisant de l’écrit et des mots (voire des livres) une arme car n’est-ce-pas les livres que toute dictature évince dès sa prise de pouvoir ?

Alors s’engage une course où la manipulation et les intérêts ne se révéleront qu’en fin de récit, où les figures des zones hostiles font preuve d’humanité et ouvriront les yeux de Baïkal et Kate sur un monde non aseptisé où l’homme est responsable de son destin et doit survivre dans un monde hostile, sans la main mise d’un gouvernement omniprésent mais où la valeur des sentiments et des actions ne répondent pas à l’ordre établi.

Si j’ai pris du plaisir dans la première partie du récit avec la découverte de Globalia et par la même occasion de l’imagination de Jean-Christophe Rufin se faisant visionnaire d’un avenir dans lequel nous pouvons déjà entrevoir certains signes présents, au fil des pages mon plaisir s’est un peu émoussé. Peu à peu les personnages secondaires et pourtant primordiaux dans le récit, me sont apparus un peu caricaturaux de ce type d’histoire, où il y aura des sacrifices, où les puissants se révèlent manipulateurs et ayant bien d’autres objectifs en tête, l’histoire d’amour passant en second plan et n’est qu’un alibi (mais cela ne me dérange pas plus que cela).

C’était une lecture agréable, un peu longue à se conclure et de façon assez conventionnelle, mais qui ne me marquera pas durablement. Les thèmes du bonheur pour tous, de la longévité, de l’uniformisation, de la prise en charge des masses y sont traités mais comme ils l’ont été déjà dans de nombreux romans, de façon parfois plus forte et plus originale ou novatrice et comme parfois elles apparaissent dans certains pays ou dans nos modes de vie.

J’ai aimé.

Editions Gallimard – Janvier 2004 – 512 pages

Ciao 📚

L’anomalie de Hervé Le Tellier (lu par Robin Renucci)

L'ANOMALIE AUDIO« Il est une chose admirable qui surpasse toujours la connaissance, l’intelligence, et même le génie, c’est l’incompréhension. »
En juin 2021, un événement insensé bouleverse les vies de centaines d’hommes et de femmes, tous passagers d’un vol Paris – New York. Parmi eux : Blake, père de famille respectable et néanmoins tueur à gages ; Slimboy, pop star nigériane, las de vivre dans le mensonge ; Joanna, redoutable avocate rattrapée par ses failles ; ou encore Victor Miesel, écrivain confidentiel soudain devenu culte.
Tous croyaient avoir une vie secrète. Nul n’imaginait à quel point c’était vrai.

Mon écoute

Que vais-je pouvoir en dire…… Pas grand chose je crois car je n’ai pas du tout accroché à ce roman. L’idée de départ m’a séduite, il faut dire que l’on a pas arrêté de nous en parler, de la vanter et qu’en plus le roman a été couronné par le Prix Goncourt 2020 alors difficile de passer au travers.

Un roman dans lequel je me suis perdue (trop de personnages) et je ne sais si cela est dû au fait que je l’ai écouté mais j’ai eu un peu de mal à « recoller » les morceaux et à tout comprendre (et en avais-je envie d’ailleurs). Je serai d’ailleurs incapable de résumer les hypothèses envisagées pour cette anomalie si d’ailleurs il y en avait plusieurs et puis alors le twist final……..

Première partie : présentation d’une dizaine de personnages prenant un avion, avec un survol de leurs vies et le moment décisif pour certains où ils se trouvent. Le fameux moment du page-turner. Passage d’une perturbation violente, presqu’un film catastrophe puis éclaircie et retour à un vol normal sauf que……

Deuxième partie : exposition des prises de positions politiques, religieuses et tentatives d’explications scientifiques de l’Anomalie, je dis bien tentatives car je vous avoue que là j’ai décroché. Je précise que je n’ai pas du tout un esprit scientifique, ni mathématiques et que toutes ces probabilités et suppositions m’ont probablement ennuyées car je n’en ai pratiquement rien retenues.

Troisième partie : confrontation des avant/après, Marc/June,  assez conventionnels et prévisibles pour certains.

C’est à la fois un roman de science-fiction, thriller (deux genres dont je ne raffole pas), sociétal et psychologique que j’ai écouté sans aucune empathie ni intérêt (m’apercevant même que j’écoutais parfois sans entendre….). J’ai vérifié les critères d’attribution du Prix Goncourt : « Meilleur ouvrage d’imagination écrit en prose paru dans l’année ». Alors oui : il y a de l’imagination, de l’inventivité, des pointes d’humour, de la prose mais pour le reste j’ai dû me perdre dans un trou d’air durant le vol.

Allez je passe mon tour sur ce roman dont je ne me sens pas capable de dire quoi que ce soit car rien n’a retenu mon attention sauf peut-être l’idée de départ, mais très vite j’ai pris mon parachute et me suis laissée dériver, allant jusqu’au bout mais avec une seule envie c’est de retrouver la terre ferme et passer à autre chose.

Retrouvez d’autres avis chez Krol, Yvan, Céline, Antigone, MatatouneKilling79, et bien d’autres, beaucoup l’ont aimé, il a trouvé son public mais pour ma part je n’y ai pas trouvé mon bonheur de lectrice.

Prix Goncourt Général 2020

Editions Gallimard (Août 2020) –  Ecoutez lire – Décembre 2020

Ciao