Les petits riens de la vie de Grace Paley

 

LES PETITS RIENS DE LA VIE IG

Quatrième de couverture :

« Une douzaine de nouvelles qui sont d’une lecture désopilante. Des histoires de femmes de tous âges, racontées à la première personne par un écrivain qui sait raconter et qui s’est forgé un style tout à fait original et personnel. »  Nicole Zand, Le Monde

«Avec Grace Paley, on ne saura jamais si le monde est un sujet de cafard ou de rigolade…. Grace Paley, c’est Sallinger au féminin.» Frédéric Ferney, Le Nouvel Observateur

Ma lecture

Lire est une mine…. Une lecture peut vous amener à une autre et vous enjoindre à ressortir un ouvrage acheté il y a des années et jamais ouvert. C’est ce qui est arrivé avec ce recueil de nouvelles. Lors de ma lecture de Carnets de New-York de Paolo Cognetti il évoquait cette écrivaine lors de sa visite du Greenwich Village car elle participa, entre autre, à un comité de défense, en 1958, pour sauvegarder un coin de verdure dans ce quartier. Elle fit du Washington Square son lieu de rencontre et d’observation privilégié pour écrire. Voilà comment il l’a décrivait, elle et son travail d’écrivaine :

« Elle s’essaya à l’écriture en racontant ce qu’elle voyait tous les jours : les jeunes mères et épouses débutantes, et leurs « petits riens de la vie« , les maris absents – qui pouvaient être au bar, au travail, au front ou au lit avec une autre -, la difficulté d’être une femme en Amérique après la guerre. Elle se présentait comme écologiste et pacifiste, féministe amoureuse des hommes et anarchiste coopérative. (…) C’est sa voix, plus encore que ses nouvelles, qui reste gravée dans ma mémoire. la voix des ruelles de New York du vingtième siècle, un mélange de yiddish, d’italien, d’espagnol et d’afro-américain, comme ce genre de jazz qui n’a de cesse de sangloter et de crier sa colère, qui refuse de se laisser enfermer dans un rythme puis s’abandonne tout à coup à des mélodies d’une rare douceur.  » (p86-87-88 Carnets de New-York)

Comment résister à un tel appel d’autant que ces mots firent ressurgir en moi un vague souvenir d’avoir ce recueil de nouvelles dans ma bibliothèque, jamais lu (pourquoi ? Réponse : parce que je ne lis que très peu de nouvelles). Et comme il n’y a pas de coïncidences mais que des rencontres, un challenge sur le thème des nouvelles allait m’offrir l’injonction de m’y plonger.

Paolo Cognetti résume très bien l’essence des douze nouvelles : des histoires de femmes principalement mais dans lesquelles les hommes ont bien sûr une place prépondérante (et pas la meilleure généralement) car souvent la cause de leurs sourcis. Elles sont jeunes ou plus très jeunes, elles sont abandonnées parfois parce que plus très séduisantes après x maternités et que Monsieur préfère retrouver une jeunette pour se sentir rajeunir, elles repensent parfois à leurs amours d’antan ou de ce que leurs vies auraient pu être si elles avaient fait un autre choix etc….

J’ai eu le sentiment d’entrer dans une cour d’immeuble et d’écouter les récits de ces femmes se racontant de fenêtres  ouvertes à fenêtres ouvertes de chaque appartement. La vie y est chiche, difficile, le parler est celui de la rue, de la vie de tous les jours, teintée de traditions juives, de croyances, de on-dit. L’auteure leur offre l’opportunité de raconter leurs quotidiens, les remarques pas toujours valorisantes qu’elle ont entendues mais certaines avouent leurs écarts dans le couple avec une franchise désopilante. Elles sont entre femmes, ça papote, ça avoue et ça libère.

Ce n’est jamais triste même si certains propos peuvent nous choquer mais elles ont été écrites dans les années 1950 et la libération de la femme n’était pas encore d’actualité dans ces années d’après-guerre où la priorité était d’avoir survécu.  Il y a de l’ironie et de la combattivité dans les réactions, elles ne se laissent pas abattre et d’ailleurs elles n’ont pas le choix car elles ont la charge des enfants, d’un foyer.

Ce fut une lecture en demi-teinte car j’en suis ressortie les oreilles bourdonnantes de toutes ces femmes s’exprimant dans une écriture un peu hachée, des phrases courtes et restituant un parler auquel nous ne sommes peut-être plus habitué et au final j’ai un peu de mal à resituer chacune d’entre elles, mais plus un sentiment général.

Par contre si c’est pour découvrir et s’imprégner d’une vie de quartier populaire juif américain revendiquant parfois sa juste place et son droit du sol, c’est la lecture idéale grâce à une galerie de portraits savoureux mais que je ne suis pas sûre de retenir au fil du temps.

J’ai aimé.

Lu dans le cadre du challenge Mai en Nouvelles organisé par Hop sous la couette (Marie-Claude) et La nuit je mens (Electra)

Challenge-Mai-en-nouvelles-585x585-1

Traduction de Claude Richard

Editions Rivages poche – 1989 – 170 pages

Ciao 📚

Fille noire, fille blanche de Joyce Carol Oates

FILLE NOIRE FILLE BLANCHE IG

 

Genna et Minette partagent une chambre sur le campus. Et c’est tout ce qu’elles ont en commun. Minette est aussi noire, indomptable et solitaire que Genna est blanche, timide et généreuse. Fascinée, Genna fait son possible pour fendre la cuirasse de Minette et devenir son amie. Observant la menace des violences racistes croissantes, elle est sa seule alliée ; pourra-t-elle la sauver ?

 

Ma lecture

Année universitaire 1974/1975 – Etat de Montgomery (Alabama) – Elles n’ont rien en commun : ni la couleur de peau, ni le caractère ni le même milieu social et elles vont cohabiter dans l’internat du Collège Schuyler, une université prestigieuse et réputée fondée par les ancêtres de Genna  Meade. Genna, blanche, est la fille de Max et Veronica, un couple de la gauche radicale, avec un père, Max, politiquement engagé, avocat, aux activités troubles et pas toujours licites pour parvenir à ses fins, qui lui vaudront le surnom de « Mad Max » et pour qui toute vérité n’est pas bonne à dire. Minette Swift, noire, est la fille d’un pasteur, croyante, boursière et se moque de son apparence. Les contraires s’attirent parfois mais ici Minette tiendra Genna à distance, n’acceptant aucun rapprochement amical.

Elles ont 18 ans et dès la première page la narratrice, Genna révèle que Minette est morte en Avril 1975 :

Minette n’a pas eu une mort naturelle, et elle n’a pas eu une mort facile. Chaque jour ma vie, depuis sa mort, j’ai pensée à Minette et au supplice de ses dernières minutes, car j’étais celle qui aurait pu la sauver et je ne l’ai pas fait. Et personne de l’a jamais su. (p9)

et qu’à travers ce texte sous forme de confession, 15 ans après les faits, elle souhaite trouver des réponses sur le sens de la justice, de la vérité et sur des événements qui auront des répercussions sur toute son existence. Et ce qu’elle a vécu cache une autre histoire, une autre mort et un autre silence.

Genna est réservée, discrète et souffre de la non-relation avec ses parents, un couple post-hippie, plus préoccupé l’un par la défense des opprimés ou de luttes révolutionnaires, que par le devenir de sa fille et une mère ayant plongé dans la drogue, les relations extra-conjugales par le passé et plus attachée à sa personne qu’à sa fille. Genna va être attirée par Minette dès son arrivée dans le lieu qu’elles vont partager, peut-être parce qu’elle ne ressemble en rien à ce qu’elle a connu jusqu’à maintenant ou pour trouver une cause à défendre, à aider.

De par son milieu social, Minette est très croyante, évoque et prie Dieu mais garde de la distance avec les autres comme avec Ginna. Des événements vont survenir au fil des mois autour de Minette mais celle-ci gardera le silence : messages, caricatures etc… mais on ne sait à qui les imputer. La situation va peu à peu se dégrader et Genna aura toutes les peines du monde à créer un lien entre elles, à obtenir la confiance de Minette qui s’enfoncera peu à peu dans la solitude, refusant toute aide. Habituée à vivre dans la méfiance de par son éducation, Genna ne réalisera que trop tard que tout était en place pour qu’un drame survienne.

Joyce Carol Oates presque jusqu’à la fin garde le mystère sur le sens de ce roman bien que le lecteur réalise que l’évocation du climat familial de Genna et l’attitude de Minette ont en commun certaines similitudes. Bien sûr elle y parle du racisme, de l’exclusion (volontaire ou subie), mais elle a également un autre but : parler de la famille, celle bien ancrée dans l’histoire du pays, sûre de ses opinions, combattant l’injustice, l’oppression, vivant dans un univers de conspirationnisme et voulant faire respecter les lois mais ne voyant pas sa cellule familiale se déliter, allant même jusqu’à exclure le frère aîné de Genna parce qu’attiré par le milieu financier, loin des idées fondamentales du clan. 

Je dois avouer que ce roman est assez déroutant et je me suis posée la question de savoir sur quel terrain l’auteure voulait ancrer le récit : si c’était de dénoncer la ségrégation, le racisme dans une université, ce n’était pas flagrant car j’avais le sentiment que les faits n’étaient pas clairement établis, révélateurs du climat à l’intérieur de l’université, d’un réel malaise. Je trouvais Minette assez antipathique, l’auteure l’affublant de lunettes roses en plastique (que de fois elle insiste sur ses lunettes roses), de tenues ridicules, sales et ne faisant aucun effort pour répondre aux tentatives amicales de Genna. Minette s’excluait-elle elle-même ou était-ce le résultat d’agressions de la part des autres étudiantes ?

Mais la narratrice fait une révélation dans l’épilogue mais que l’on peut ressentir au fur et à mesure de la lecture : il y a deux histoires dans son texte : celle d’une adolescente noire au sein d’une université majoritairement blanche mais également celle d’une famille (très) libérale où une adolescente ne trouve pas sa place et se pose des questions après avoir assisté à des événements violents ou n’ayant pas eu de réponses aux comportements de ses parents.

On sait que Joyce Carole Oates n’écrit pas pour ne rien dire, ne rien explorer mais je dois avouer qu’ici le message met du temps à prendre corps et elle ne fournit d’ailleurs pas, comme c’est souvent le cas, toutes les réponses ni ne porte un jugement. Elle expose, elle confronte comme toujours des attitudes, des pensées, des faits et à chacun de nous de se faire sa propre opinion. Elle y introduit d’ailleurs certains faits puisés dans l’histoire comme la Vénus Hottentote 

Ainsi les anglais du XIXè avaient-ils vu dans la « Vénus hottentote » (une jeune Sud-Africaine naïvement confiante qui avait coopéré avec ses exploiteurs, avais-je découvert) un spectacle sexuel grossier, une brute et non un être humain, qu’il était loisible de lorgner, d’exhiber dans une fête foraine et, finalement, de disséquer à des fins « scientifiques ». (…) Et pourtant il était enivrant de savoir, car le savoir donne toujours un pouvoir. (p182)

dont je n’avais jamais eu connaissance et dont Genna va découvrir une représentation destinée à Minette.

Une écriture très descriptive, nourrie de détails qui m’ont semblé parfois superflus, répétitifs, retirant de la portée et du sens, un discours un peu plus confus mais qui, comme souvent dans son œuvre, prend toute sa consistance en fin de lecture mais qui m’a parfois un peu perdue et interrogée.

Joyce Carol Oates ausculte, dissèque, cherche les racines du mal et les trouve souvent dans la famille, le milieu social, la politique, la religion ou dans l’éducation de ses contemporains et en démontre les implications au fil du temps et des générations. Elle écrit pour se faire le témoin d’un pays, d’une société, de la famille, elle traque les signes avant-coureurs des drames, des malaises mais j’ai été ici un peu moins convaincue par sa démonstration même si une fois refermé je ne peux m’empêcher de penser qu’elle a des angles d’attaque incroyables et pertinents.

J’ai aimé.

Lecture dans le cadre de l’Objectif PAL d’Antigone

OBJECTIF PAL

Traduction de Claude Seban

Editions France Loisirs – Août 2010  (E.U. 2006 – France 2009 Editions Philippe Rey – 380 pages

Ciao 📚

Les secrets de ma mère de Jessie Burton

LES SECRETS DE MA MERE IGUne après-midi d’hiver de 1980, en plein coeur de Londres, Elise Morceau rencontre Constance Holden et tombe instantanément sous son charme. Connie est audacieuse et magnétique, une écrivaine à succès dont le dernier roman est adapté au cinéma par l’un des plus gros studios d’Hollywood. Elise suit Connie à Los Angeles, la ville par excellence du rêve et de l’oubli. Mais tandis que Connie s’enivre de l’énergie de cette nouvelle vie où tout le monde s’enveloppe de mensonges et tente d’atteindre les étoiles, Elise commence à perdre pied.
Au cours d’une fastueuse soirée hollywoodienne, elle surprend une conversation qui l’entraînera à prendre une décision radicale qui pourrait bouleverser sa vie. Trois décennies plus tard, en 2017, Rose Simmons cherche des réponses sur le passé de sa mère, Elise, qui a disparu sans laisser de traces alors qu’elle n’était qu’un bébé. Rose a découvert que la dernière personne à avoir vu sa mère est Constance Holden, une écrivaine recluse et oubliée qui s’est retiré de la vie publique alors qu’elle était au sommet de sa gloire. Rose se retrouve irrépressiblement attirée sur la piste de Connie, en quête d’indices sur les secrets de son passé.

Ma lecture

Deux générations de femmes, une mère et sa fille, qui ne se connaissent pas et pourtant deux destins avec des similitudes…. Les liens du sang si présents qui reproduisent les mêmes quêtes, les mêmes questionnements, les mêmes attirances.  Rose, la trentaine n’a jamais connu sa mère Elise et a été élevée par son père après la disparition sans explication de celle-ci alors qu’elle n’avait que quelques mois. Son père lui révèle que sa mère avait partagé pendant quelques temps la vie d’une écrivaine, Constance Holden,  et que celle-ci détient peut-être quelques informations sur les raisons de sa fuite et si elle est toujours en vie.

Jessie Burton est une auteure que j’avais repérée lors de la sortie de Les filles au lion et que je n’ai pas lu (trop trop d’envies de lectures et pas assez de temps) et à nouveau par le thème de son dernier roman, l’envie était revenue et là je l’ai mis dans mes priorités. Littérature anglaise j’avais déjà un a priori favorable mais ne vendons pas la peau de l’ouvrage avant de le lire.

Cela démarrait bien, on rentrait directement dans la rencontre, en 1980 à Londres, entre Elise, 20 ans, vivant de petits boulots de serveuse et de modèle nu pour une école d’art et Constance, femme 38 ans, écrivaine, au caractère libre et affirmé. Dès ce moment la fascination et l’attirance des deux femmes opèrent. Puis Rose entre en scène, on est en 2017,  l’auteure ayant fait le choix d’alterner les deux époques pour nous faire parcourir les itinéraires parallèles. Elle a une trentaine d’années, occupe des petits boulots afin de faire vivre le couple qu’elle forme avec Joe qui reporte toujours à plus tard la mise en route d’un food-truck de spécialités mexicaines. 

Et l’angle choisit, de montrer comment une mère et une fille ne s’étant jamais connues peuvent à la fois être fascinées par une même femme, l’empreinte et le rôle que celle-ci va tenir dans leurs destins en entretenant des zones opaques autour de sa vie et de ses buts, la façon dont chacune va réagir une fois confronter à un même choix avait tout pour m’intéresser. De nombreux thèmes y sont abordés : la femme et sa place dans le couple, l’attirance et l’amour pour une autre femme, la maternité, la place occupée et la liberté de chacun dans le couple, la quête d’identité et de sens mais pas de manière assez aboutie, certains choix n’ayant pas toujours de façon explicite une explication.

Même si j’ai aimé la façon dont Jessie Burton aborde ces différents thèmes je dois avouer que sur leurs traitements, j’ai parfois eu le sentiment de longueurs et presque d’ennui, me faisant la réflexion de l’utilité de vouloir traiter autant de donner autant de détails sur le quotidien, les plats, la décoration etc…. Je sais que c’est souvent un des charmes de la littérature anglaise et je l’apprécie souvent mais il faut que cela reste subtile, utile et non répétitif et pesant.

Ici le personnage qui m’a le plus intriguée c’est Connie (Constance) qui est l’axe central du roman, qui pourtant se révèle finalement le moins même si elle tient un rôle capital dans les vies des deux femmes, influant sur les vies de celles qu’elle aime ou apprécie. J’ai parfois, je l’avoue, eu des difficultés à me resituer par rapport aux deux autres héroïnes, confondant parfois leurs parcours parfois similaires et ayant besoin de me remettre dans le contexte à force de passer de l’une à l’autre. 

Ce qui m’a tenue c’est principalement la qualité de l’écriture, sa fluidité romanesque, son analyse des ressentis intimes et de la complexité à les exprimer, montrant même qu’il est parfois plus facile de se créer une autre identité, de s’y sentir plus à l’aise afin d’y être plus en accord avec soi.

Un roman sur la quête de la mère à différents niveaux mais également sur celle de l’identité à travers des portraits de femmes, sujet très largement traité depuis quelques temps et dont je ne suis pas sûre au fil du temps de garder, pour celui-ci, un souvenir marquant.

J’ai aimé mais j’avais hâte de découvrir enfin le dénouement qui m’a laissée avec un sentiment de déception, n’ayant, pour moi tenu sa promesse, se perdant dans des méandres qui n’ont fait qu’alourdir et parfois me lasser. Il m’a manqué la petite étincelle qui fait qu’il se démarque d’autres romans sur ces thèmes.

Miniaturiste est présent à ma bibliothèque et je pense le lire, un jour, mais sans pour autant me ruer dessus, pour voir si cette auteure sera pour moi une auteure à suivre.

Traduction de Laura Derajinski

Editions Gallimard – Septembre 2020 – 512 pages

Ciao 📚

La laveuse de mort de Sara Omar – Coup de 🧡

LA LAVEUSE DE MORT IGKurdistan, 1986. Lorsque la frêle Frmesk vient au monde, elle n’est pas la bienvenue aux yeux de son père. Ce n’est qu’une fille. De plus, son crâne chauve de nourrisson porte une petite tache de cheveux blancs. Est-ce un signe d’Allah ? Est-elle bénie ou maudite ?
La mère de Frmesk craint pour la vie de sa fille. Quand son mari menace de l’enterrer vivante, elle ne voit d’autre solution que de la confier à ses propres parents.
Gawhar, la grand-mère maternelle de Frmesk, est laveuse de mort. Elle s’occupe du corps des femmes que personne ne réclame, ne veut toucher ni enterrer : des femmes assassinées dans le déshonneur et la honte. Son grand-père est un colonel à la retraite qui, contrairement à sa femme, ne lit pas uniquement le Coran mais possède une riche bibliothèque. Ce foyer bienveillant ne parviendra qu’un temps à protéger Frmesk des inexorables menaces physiques et psychologiques qui se resserrent sur elle, dans un pays frappé par la guerre, le génocide et la haine.

Ma lecture

Frmesk dont le prénom signifie larme, naît au Kurdistan irakien en 1986 à Zamua (ville imaginaire) et n’a pour seuls cheveux à sa naissance qu’une mèche blanche. Cette mèche et son sexe sont une double malédiction pour son père (mais pas seulement) qui ne voit en elle qu’une charge inutile et elle ne devra son salut qu’à l’ingéniosité et la générosité d’un couple bienveillant, Darwésh et Gawhar, ses grands-parents maternels qui vont la sauver d’une mort certaine.

La mort est omniprésente dans ce roman non seulement à travers la guerre Iran-Irak qui frappe le pays mais également pour les femmes, et n’épargne pas celles de la famille ou du voisinage de Fremsk lorsque le doute s’installe sur leur pureté ou fidélité mais également par le rôle tenu par Gawhar, sa grand-mère, assumant le rôle de laveuse de mort, celle qui fait la toilette des femmes mortes abandonnées, mutilées, torturées, oubliées de leurs familles et leur donne un aspect digne et propre pour le dernier voyage.

Ce roman, premier volet d’une saga autour du personnage de Frmesk, raconte de la naissance jusqu’à l’âge de 5 ans l’enfance de la fillette, une enfance faite de violences dans un pays déchiré par la guerre et les exactions, meurtres commis au nom d’un Dieu, d’une croyance, de l’ignorance. 

Plusieurs fois, elle s’était fait la réflexion que ce devait justement être cela, la plus grande faiblesse de l’homme. De croire aveuglément et de placer toute sa confiance en une puissance supérieure qui, au lieu d’améliorer les choses, ne faisait que les aggraver. (p306)

Ce récit nous est relaté par Frmesk elle-même, en 2016 au Danemark alors qu’elle vient de subir une opération dans un hôpital. Elle confie à son ordinateur ses pensées, ses souvenirs tout en se méfiant de tout et de tout le monde. Elle est dans une tension permanente, terrifiée à l’idée d’être identifiée.

Ce roman est un bijou, un bijou très dur par le contexte, par certaines scènes difficiles mais que je n’ai pas trouvées insurmontables parce que nécessaires pour dénoncer la non-place et la tragédie que vivent des femmes et le sexe féminin quelque soit l’âge, sous l’emprise des hommes (et de certaines femmes) se retranchant derrière la religion pour faire régner la peur, la terreur au nom d’un Dieu dont les préceptes et les interprétations dirigent chaque minute de leurs existences et sont prétextes à tous les excès.

A travers le couple formé par Darwésh, le mécréant parce que zoroastrien , et Gawhar, musulmane qui ne sépare jamais de son « petit coran » dans lequel elle puise sa force, l’auteure met en avant ses propres réflexions (car comment ne pas comprendre que ce roman est en partie autobiographique) sur la place de la femme, des violences morales, physiques et psychologiques subies dès la naissance mais également une réflexion sur la croyance, l’interprétation des textes sacrés qu’en font les hommes pour faire régner leurs lois.

Mais pourquoi aurait-elle du implorer la clémence de Celui qui n’était autre que le Créateur des bourreaux ? (p305)

Un roman dont on se doute qu’il est parfois difficile de retenir son dégoût, sa colère, sa révolte mais un roman utile et nécessaire pour rendre hommage à toutes ces femmes sacrifiées sur l’autel de la violence, de l’oppression et des abus de toutes sortes. Des femmes martyres….

Je me suis particulièrement attachée à ce couple de grand-parents très uni, tolérant et bienveillant allant jusqu’à accueillir au sein de leur famille orphelins, déshérités et en particulier Darwésh, le grand-père, ancien colonel de l’armée, qui est en quelque sorte le philosophe de la famille, allant jusqu’à se jouer de l’absurdité des comportements de certains, tentant d’ouvrir les yeux de ses proches non pas sur la religion elle-même mais sur ce que les hommes en ont fait 

-Peux-tu me die lequel est le Coran et lequel est la Bible ? (…) – Les mots des deux dieux projettent la même ombre, et chaque livre n’est rien d’autre que l’ombre de son auteur. C’est la raison pour laquelle nous devons toujours nous montrer critiques à l’égard des livres que nous lisons, en particulier s’ils sont censés avoir été dictés il y a des siècles par une force surnaturelle. (p251)

Oui le titre et par extension le contenu peut faire peur et j’ai moi-même attendu le bon moment pour me plonger dedans, mais il est des romans nécessaires même si le sujet est difficile, si certaines scènes sont parfois cruelles et inimaginables pour nous, il faut s’y confronter parce que cela se passe sur notre planète, pas si loin de chez nous et le plus souvent en toute impunité. 

J’en suis ressortie avec de la colère, de la révolte et une sorte de malaise non pas dues à l’auteure et à son écriture, qui a su mêler à cette violence la tendresse que Frmesk reçoit de ses grands-parents, mais par les faits relatés qui sont malheureusement pas imaginaires mais le reflet d’une condition féminine bâillonnée, torturée, dont le seul fait de vivre est déjà une offense. J’ai aimé la position de Sara Omar de ne pas faire de son récit une charge contre la religion elle-même mais par la traduction instituée par les hommes pour assoir leurs pouvoirs.

Un coup de 🧡 pour le courage qu’il a fallu à l’auteure, Sara Omar pour écrire un tel roman, qui lui a valu des menaces de mort, parce qu’il est un monde où dénoncer n’est pas possible, un monde où naître femme est une malédiction, un monde où la puissance des hommes s’exerce de bien des manières.  Un roman difficile, dur et nécessaire mais pas insurmontable et parce que je ne veux pas vivre en fermant les yeux, en n’écoutant pas les voix qui ont le courage de s’élever pour mettre des mots sur ce que nos yeux ne veulent pas toujours voir, entendre.

Mention spéciale pour la couverture que je trouve magnifique et j’attends avec impatience le deuxième volet Le danseur des ombres, par encore paru en France, qui a reçu le prix littéraire danois De Gyldne Laurbaer (les lauriers d’or) car j’ai abandonné Frmesk en pleine détresse à 5 ans et en plein chaos à 32 ans.

Traduction de Macha Dathi

Editions Actes Sud – 310 pages – Octobre 2020

Ciao 📚