Martha & Alan d’Emmanuel Guibert

MARTHA & ALAN

Résumé

 Martha et Alan, nouveau volet de la vie d’Alan Ingram Cope, nous replonge dans son enfance. Avec cet aparté, Emmanuel Guibert s’attache à un épisode tout particulier, celui d’une amitié qu’il a noué dès l’âge de 5 ans avec une petite fille de son école, Martha Marshall. De leurs jeux et bêtises d’enfants aux rendez-vous hebdomadaires au choeur de l’église presbytérienne, on retrouve Alan, bientôt orphelin, et son quotidien de petit californien dans une Amérique des années 1930 marquée par la Grande Dépression. Les années passant, Martha s’éloigne peu à peu à l’adolescence, jusqu’à des au revoir hâtifs à la veille de son départ pour l’armée.

E

L’auteur

Né le 1/01/1964 à Paris. Après un bac de lettres, Emmanuel Guibert se dirige vers l’école Hourdé puis les Arts Déco pour entamer de longues études… de six mois. Happé par le monde professionnel, il entreprend son premier album, Brune, qu’il mettra sept ans à achever tout en découvrant le monde professionnel de l’illustration et le story-board pour le cinéma.

Son emménagement dans l’Atelier des Vosges (place des Vosges, à Paris) lui fait côtoyer Frédéric Boilet, Tronchet, Émile Bravo, Christophe Blain et Joann Sfar. C’est avec ce dernier qu’il décide de se lancer sur les traces d’une facétieuse momie égarée dans les rues de Londres à la fin du siècle dernier. Publiée en 1997 dans la collection Humour libre, La Fille du professeur se verra plébiscité à Angoulême par l’Alph’Art Coup de Cœur et le Prix René Goscinny.

Sur un scénario de David B., Guibert s’est ensuite attaqué à une nouvelle singulière aventure fantastique, Le Capitaine Écarlate, pour la collection Aire Libre.
Avec Joann Sfar au scénario, il débute en 2001 la saga d’un jeune enfant juif en Judée il y a 2000 ans. Avec Les Olives noires, Guibert et Sfar signent pour la collection Repérages un récit bouleversant, juste et moderne, sur une période cruciale de notre histoire.
Il a été en 2007 lauréat de la Villa Kujoyama. De cette récompense naîtra l’album Japonais en décembre 2008.
En 2017, il est lauréat du prix René Goscinny pour l’ensemble de son oeuvre au festival d’Angoulême.

Mon avis

Ce qui m’a attiré vers ce livre c’est l’illustration de la couverture : je retrouvais les illustrations des livres de mon enfance et même ceux qui traînaient dans les greniers. Pas de 4ème de couverture, alors je me lance et je ne suis pas déçue de mon voyage.

Cette histoire d’amitié entre les deux enfants, qui débute après un jeu de la chandelle où Martha se dispute avec les autres à l’âge de la maternelle et qui perdurera jusqu’à un âge avance avec des coupures pendant de longues années, est très belle : ils partageaient tout : leurs jeux, la chorale, leurs aventures.

IMG MARTHA

Toute une vie est retracée, celle d’Alan le narrateur, mais aussi celle de Martha à travers une lettre bien des années plus tard. Une petite musique nostalgique qui résonne quand on regarde en arrière et que l’on se demande ce que sont devenus nos amis d’enfance, qu’il faudrait prendre de leurs nouvelles, qu’on se souvient de nos exploits avouables ou non…..

J’ai passé un beau moment, les illustrations sont jolies et évoquent à elles-même le passé, le sépia des photos pour les portraits. Le livre se partage en deux parties  que l’on peut résumer à l’enfance et à l’âge adulte.

Ma note : ***

Ciao

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.