Le tour d’écrou de Henry James

le tour d'ecrou

Existe-t-il plus grand plaisir que d’écouter des récits macabres, la veille de Noël, dans une vieille maison isolée ? Qu’il est diabolique le frisson qui glace alors les sangs…

Qu’il est divin le cri des femmes épouvantées… Ce ne sont pourtant que des histoires… Tandis que celle-ci… Elle a été vécue… Par des enfants encore, deux petits orphelins, si admirablement gracieux, si serviables et si doux…

Et leur gouvernante, une jeune fille des plus honnêtes. Ce qu’ils ont vu, ce qu’ils ont enduré et les circonstances extraordinaires des événements qui les ont… Mais non ! c’est trop horrible…

Ça dépasse tout… En pure terreur ! Car le pire, c’est de savoir que, justement, on ne saura jamais tout…

Ma lecture

Il y a des auteurs que vous n’avez jamais lus mais vous savez que vous devez les lire. Quil y a de fortes chances qu’ils vous correspondent. Henry James fait partie de ceux-là….. Son nom revenait souvent dans mes lectures (je vous rappelle que je suis fan de littérature anglaise et américaine) en particulier dans le Journal d’un Ecrivain de Virginia Woolf qui apparemment l’appréciait beaucoup. Lorsque j’ai entendu qu’au programme de Janvier des Bibliomaniacs il y avait la lecture du Tour d’écrou de cet auteur je n’ai pas hésité. Une lecture commune et confronter nos avis, c’est intéressant.

Je vous laisse découvrir sur leur site leurs avis mais pour moi ce fut une belle découverte à la fois d’un auteur, d’une écriture, d’un style mais aussi d’un récit. Dépaysement garanti.

Ambiance de lecture : j’avais choisi une après-midi d’hiver, calme, où le ciel est bas, où le silence est roi et je me suis lancée. Je me doutais qu’il s’agissait avant tout d’un texte d’ambiance, très anglais, très narratif (mais vivant)….. Je me suis mis, sans le savoir, dans les conditions du début de la nouvelle. Une rencontre de plusieurs personnes, on peut penser que l’auteur fait partie de ce groupe, où un narrateur raconte à une assemblée une aventure vécue par une de ses relations.

Une histoire de fantômes, de présences, d’esprits ou alors de folie….. Très british dans le style : un homme riche engage une perceptrice pour s’occuper de ses neveu et nièces dans une demeure isolée, uniquement habitée par les deux enfants, la préceptrice, la domesticité. L’isolement est total.

Il y a une perceptrice, un peu tombée sous le charme de l’oncle fortuné qui lui confie son neveu Miles et sa nièce Flora, deux chérubins : beaux, sages trop beaux, trop sages ! avec comme seule consigne : de ne jamais le tenir au courant de ce qui se passe à Bly, le domaine. Déjà cela semble très trouble…. Tout est sous sa responsabilité malgé son jeune âge, malgré son manque d’expérience mais on peut imaginer qu’une personne sensée aurait refusé un tel poste mais elle est sous le charme…..

Je ne vous dévoilerai pas l’histoire car c’est une nouvelle assez courte, elle peut se lire très vite et le mystère s’épaissit au fur et à mesure. On y retrouve le climat des récits de Daphné du Maurier ou des sœurs Brönté avec les personnages récurrents de la perceptrice, la gouvernante, des décès mystérieux, une demeure, un couple, le climat etc…

La narration est faite à partir d’un manuscrit laissé par cette perceptrice, le conteur situe les circonstances dans lesquelles il a été amené à connaître cette histoire et cette femme puis celle-ci devient la narratrice. Elle ne nous donne que sa version des événements qu’elle a vécus et à nous d’en déduire ce que nous voulons et c’est là je pense la force de l’écrivain : pouvoir donner plusieurs versions à un récit, chacun y lit ce qu’il veut, ce qu’il comprend et autant de lectures autant de versions.

Et puis quelle mastria pour la fin : elle tombe….. implacable et m’a laissé sans voix.

L’écriture est agréable, efficace, le décor, les personnages et leurs caractères sont très vite mis en place. Pas de perte de temps. Une fois les premières pages lues on rentre totalement dans le personnage de la narratrice qui, je dois l’avouer, m’a parfois déconcertée. La façon dont elle se lie avec Mrs Grose, l’appelant Mon amie…..alors qu’on ne sait si c’est une alliée ou non, son sang-froid dans certaines scènes pour une si jeune femme, dans un premier poste, alors que d’autres auraient perdu pied vu les événements….

Son rapport avec Miles, l’aîné des deux enfants est particulièrement bien rendu : un rapport de force, d’esprit à esprit, d’anticipation des événements, de manipulation et ce garçon de 9 ans est doté d’une intelligence, d’une réflexion et d’un machiavélisme assez étonnants. Henry James a pris le parti de totalement s’immerger dans le flux des pensées de cette jeune femme, de ses réflexions et de ses actions. C’est notre seul témoin de l’histoire.

Je pense qu’il s’est « amusé » à écrire ce récit, lançant son lecteur sur différentes pistes mais ne donnant jamais aucune réponse, chaque lecteur fait « Son histoire » et comme je le dis souvent j’aime qu’un auteur laisse travailler également l’imagination de son lecteur.

Il est souvent évoquer une double version de l’histoire : fantômes ou pas, folie ou pas de la perceptrice. Pour ma part, je ne me suis pas posée de questions : je l’ai pris comme un conte fantastique car il y avait une certaine cohérence dans les événements (je ne peux rien dire de plus sans révéler l’intrigue) et la possibilité de fantômes, oui pourquoi pas et dans un conte tout est permis…..

Et puis finalement qu’importe…… C’est l’art du conte et dans celui-ci le but est d’établir une ambiance frissonnante, trouble, inquiétante alors que finalement il n’y a peut-être pas ce que l’on s’est imaginé….

J’ai deux autres livres de cet auteur qui m’attendent sur mes étagères : La coupe d’or et Ce que savait Maisie, qui sont deux romans et j’ai tellement aimé l’écriture et la construction de l’histoire que je vais m’y plonger très vite.

📕📕📕📕

Traduction de Jean Pavans

Editions Librio – Mai 2003 – 154 pages (1ère publication 1898)

Ciao

Une réflexion sur “Le tour d’écrou de Henry James

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.