L’ingénue libertine de Colette

l'ingenue libertine

Des yeux noirs superbes, des cheveux si blonds qu’ils paraissent argentés, élancée, Minne est une ravissante personne adorée par sa maman.

Elle suit les cours des demoiselles Souhait pour y rencontrer des jeunes filles bien élevées et s’y instruire à l’occasion… Tout a été arrangé pour que Minne ait une vie des plus douillettes. Mais Minne rêve d’autre chose, elle veut connaître ce qu’elle appelle l’Aventure.

Mariée, déçue, humiliée mais maintenant renseignée et ayant compris que l’Aventure, c’est l’Amour, Minne va alors chercher avec détermination l’homme qui lui donnera ce bonheur merveilleux dont toutes les femmes qu’elle connaît parlent et tous les livres aussi.

 

Ma lecture
Deuxième lecture pour le prochain club de lecture ayant pour thème Colette.
Après Bella Vista, je choisis L’Ingénue Libertine, que je classe dans la catégorie roman mais qui rassemble deux nouvelles. On sait que Colette aimait écrire des sortes de « saga » pour certains de ses personnages. Une feuilletoniste avant l’heure.
En effet il s’agit de deux périodes de la vie du personnage principal :  Minne. Dans la première partie, nous la découvrons adolescente de 14 ans et 8 mois (nous savons tous à quel point il est important d’être précis à cet âge là, on oublie aucun mois alors que plus tard on les omet très facilement). Elle vit auprès de sa mère, Maman (pas de prénom ce qui montre à quel point le terme est important, son attachement au rôle), veuve de 33 ans. Elle évolue dans un univers très féminin ayant comme seules images masculines proches son oncle, Paul, médecin et son fils Antoine, 17 ans.
Il ne faut pas en vouloir à Maman, si Dieu l’a pourvue d’un don d’amour sans discernement. Tant d’honnêtes poules couvèrent, sous leurs ailes rognées, l’essor, bleu et vert métallique, d’un beau canard sauvage ! (p66)
Minne  est  romanesque, elle ne rêve que d’aventures, trouvant sa vie très terne et stricte. Elle imagine de folles histoires et va même jusqu’à s’inventer une idylle avec un chef de gang qui rôde dans Paris et dont les frasques sont relatées dans les journaux. Face à ses rêves, l’amour de son cousin Antoine est bien pâle. Quand ils se retrouvent lors de séjours à la campagne, Minne ignore celui-ci et lui avoue qu’elle vit un amour interdit et va jusqu’à s’enfuir pour le rejoindre.
L’adolescence de Minne manque de sel, sans père, très protégée par sa mère, à Paris, ville où tout peut arriver. Elle possède une imagination très féconde, elle est sans peur, se retrouve dans des situations abracadabrantes et parfois dangereuses. Mais Colette donne à son personnage la faculté de ne voir que le bon côté des choses, de tout relativiser, d’imaginer tout un univers qui lui permet de s’accommoder de la routine familiale.
Les relations avec son cousin, Antoine, de 3 ans son aîné, sont très bien rendues : lui a passé le cap de l’adolescence et ressent des sentiments plus adultes. Le décalage entre les deux  est bien rendu, le sérieux de l’un par rapport à la légèreté enfantine de l’autre.
Dans la deuxième partie on retrouve Minne, mariée à son cousin Antoine. La vie de son couple manque de piquant et Minne, n’ayant pas perdu son tempérament fantasque, attend la Révélation dont parlent toutes ses relations féminines. Elle multiplie les amants, beaux, laids, jeunes, vieux,  uniquement pour trouver le frisson, l’homme qui la comblera totalement afin de connaître enfin le plaisir.
Guérissez-moi :! Donnez-moi ce qui me manque, ce que j’appelle si humblement, qui me ravalera au rang des autres femmes !….Toutes les femmes que je connais parlent de ça, dès qu’elles sont seules ensemble, avec des paroles et des regards qui salissent l’amour…. Tous les livres aussi ! Et il y en a qui sont d’un formel ! (p112)
Minne, femme mariée, devient une sorte d’objet réduit à son rôle de femme au foyer, femme que l’on sort, elle n’existe qu’en tant que femme de. Colette l’entoure d’un panel d’hommes représentatifs des mentalités : jeune amoureux fou d’amour, indifférent, plus âgé et philosophe, mari gentil et aveugle.
Elle garde cette fraîcheur et ce côté fantasque, ne trouve pas dans son mariage l’épanouissement qu’elle espérait et va partir en quête de l’Extase, du Plaisir, de ce qu’elle lit sur les visages des hommes auxquels elle se donne, de ce dont les femmes chuchotent dans les salons. C’est une quête directe, franche, déterminée, elle ne veut pas s’encombrer de sentiments : elle choisit l’homme, s’offre à lui et le quitte désabusée.
Mais, encore une fois, il défaille seul, et Minne, à le contempler si près d’elle immobile, mal ressuscité d’une bienheureuse mort, déchiffre au plus secret d’elle-même les motifs d’une haine naissante : elle envie férocement l’extase de cet enfant fougueux, la pâmoison qu’il ne sait pas lui donner : « ce plaisir-là, il me le vole ! C’est à moi, à moi, ce foudroiement divin qui le terrasse sur moi ! je le veux ! ou bien qu’il cesse de le connaître par moi !…(p117)
C’est une réflexion sur les attentes des femmes, la condition et le plaisir féminins. On rêve sa vie, on est influencé par des lectures, son environnement, on imagine que l’avenir nous réserve des aventures et des amours extraordinaires. Femme on espère trouver l’épanouissement dans son couple, le bonheur total et complet. On le trouve parfois, mais il y a aussi les désillusions.
Colette n’était pas satisfaite de ce roman parait-il, écrit à la demande de son mentor et mari, Willy et elle le remania après sa séparation. Elle fait comme souvent l’éloge du féminisme, des frustrations féminines mais aussi de leurs espoirs et de la prise en mains de leur destin
Elle a souvent choqué,  fait scandale car dans ses écrits elle parle de la femme, de ses désirs, de son plaisir, de sa condition sans détour. Tout ce qui se pense ou se dit dans la tête des femmes, ce dont elle rêve, imagine, elle ose l’écrire, sans faux-semblant et nous sommes au début du 20ème siècle…..
Il y a dans ce récit, comme dans Bella-Vista, une fraîcheur, une gaieté et surtout une écriture très féminine. C’est pétillant, vif, alerte, on suit les aventures de cette jeune fille, parfois très capricieuse et agaçante, comme dans un feuilleton et les thèmes évoqués sont finalement très modernes et encore d’actualité.
C’est une écriture vive, alerte, très descriptive, Colette s’amuse des conventions, elle observe, critique à sa manière l’éducation des jeunes filles, leur carcan. Elle a voulu que son personnage soit une enfant gâtée, déterminée, voir capricieuse et égoïste. Elle n’écoute qu’elle-même et fait fit, que ce soit adolescente ou femme, des sentiments des autres. Elle peut être directe, blessante parfois mais reste attachante.
J’ai retrouvé dans l’écriture de Colette, son goût pour la nature, ses observations précises, délicates, féminines :
Prolonger magiquement son sommeil, ouvrir ses bras assouplis, baiser ses paupières transparentes que bleuit le noir caché de ses prunelles….. (p45)
De courtes phrases qui rythment le récit, le rendent léger, frivole par moment
Minne rêve, au lieu de se déshabiller, bouche pensive, yeux fixes et noirs où se mire, toute petite l’image de la lampe, beaux yeux somnambuliques sous les sourcils de velours blond, dont la courbe noble prête tant de sérieux à cette figure enfantine. (p55)
C’est une lecture agréable qui reste très actuelle sur certains thèmes, parfois un peu désuètes par les situations, l’ambiance et à terminer cette chronique, je ne peux m’empêcher d’imaginer Colette portant un regard sur la femme de 2019, déjà très libre à son époque qu’écrirait-elle ?
📕📕📕
Editions Le Livre de Poche – Janvier 1978 – 190 pages (Première publication 1909)
Ciao

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.