Des hommes couleur de ciel de Anaïs LLobet

des hommes couleur de ciel

Dans le pays où est né Oumar, il n’existe pas de mot pour dire ce qu’il est, seulement des périphrases : stigal basakh vol stag, un « homme couleur de ciel ». Réfugié à La Haye, le jeune Tchétchène se fait appeler Adam, passe son baccalauréat, boit des vodka-orange et ose embrasser des garçons dans l’obscurité des clubs. Mais il ne vit sa liberté que prudemment et dissimule sa nouvelle vie à son jeune frère Kirem, à la colère muette.Par une journée de juin, Oumar est soudain mêlé à l’impensable, au pire, qui advient dans son ancien lycée. La police est formelle : le terrible attentat a été commis par un lycéen tchétchène. Des hommes couleur de ciel est l’histoire de deux frères en exil qui ont voulu reconstruire leur vie en Europe. C’est l’histoire de leurs failes et de leurs cicatrices. Une histoire d’intégration et de désintégration.

Ma lecture

Mon premier coup de cœur de 2019 et je ne m’y attendais absolument pas. Je ne suis pas une lectrice de livres sur la guerre, les conflits etc…. Je me suis lancée en lisant le résumé qui m’a intrigué mais la photo de couverture me laissait supposer un roman où la violence était très présente et j’évite les récits en comportant, surtout lorsqu’elle est inutile…..

Et bien j’ai été fauchée dès les premières lignes, les premières pages, comme soufflée par une déflagration mais une déflagration littéraire. On est très vite immergée dans cette aventure, oui aventure, car il n’y a pas un moment où l’on est pas pris par les mots, par l’histoire, par les histoires, par les personnages.

Il ressort de ce récit beaucoup de thèmes : l’exil en premier car c’est ce qui lie les protagonistes. Etre arrachés à ses racines, à une violence et une douleur qui vous lient à votre pays, qui a imprégné vos jours, vos nuits mais aussi votre esprit.

Une quête de l’identité : qui est-on, qui devient-on quand on quitte un pays en guerre, devient-on un autre  ou reste-t-on à jamais ancré dans ses racines ?

Identité sexuelle également : comment assumer celle-ci lorsque votre éducation,  votre religion, vos racines vous condamnent. Chacun a gardé en soi ses préceptes et s’adapte ou non à la nouvelle vie qui s’offre à lui.

Anaïss Llobet a habilement mêlé les destins de trois personnages : deux frères Oumar et Kirem, presque jumeaux physiquement et une professeur de russe, Alissa, vivant tous les trois à La Haye aux Pays-Bas, un pays de liberté, mais il n’est pas toujours facile de s’adapter à une liberté à laquelle rien ne vous préparait. Pour chacun c’est une affaire personnelle.

L’exil se vit seul. (p172)

Oumar décide de mener une double vie, se transformant en Adam pour devenir celui qu’il est réellement, Alissa elle est devenue Alice, cachant ses origines dans le lycée où elle travaille mais aussi à son compagnon, faisant le choix de naviguer entre les deux cultures. Kirem lui refuse toute intégration.

Ne plus être ce que l’on a été car exilé, ne plus avoir les mêmes convictions, peut-on s’affranchir de l’éducation reçue ou reste-t-elle profondément ancrée en soi. Un roman dans lequel les personnages posent des questionnements qui ne peuvent laisser indifférent.

Trois positions, trois destins disséqués principalement à travers les récits d’Oumar et d’Alice, qui oscillent dans les choix à faire, partagés entre passé marqué par le conflit qui opposent la Russie et la Tchétchènie, présent où les doutes s’installent et futur que l’on décide de s’octroyer.

Il est également question des choix : a-t-on toujours le choix ? Peut-on finalement choisir d’être soi, peut-on choisir sa vie ?

C’est un vrai coup de cœur dans tous les critères : écriture, construction du récit avec une pression et une enquête qui nous tiennent en haleine jusqu’au bout, style limpide, clair. Des personnages loin d’être stéréotypés, tout en nuances, en fragilité.

Je n’en dis pas plus…. je vous laisse découvrir qui sont ces Hommes couleur de ciel, joli titre qui cache bien des souffrances.

📕📕📕📕 COUP DE ❤

Merci aux Editions de l’Observatoire pour cette lecture

Editions de l’Observatoire – Janvier 2019 – 210 pages

Ciao

 

Publicités

4 réflexions sur “Des hommes couleur de ciel de Anaïs LLobet

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s