Le roman de Jim de Pierric Bailly

LE ROMAN DE JIM IGÀ vingt-cinq ans, après une séparation non souhaitée et un séjour en prison, Aymeric, le narrateur, essaie de reprendre contact avec le monde extérieur. À l’occasion d’un concert, il retrouve Florence avec qui il a travaillé quelques années plus tôt. Florence est plus âgée, elle a maintenant quarante ans.
Elle est enceinte de six mois et célibataire.
Jim va naître. Aymeric assiste à la naissance de l’enfant, et durant les premières années de sa vie, il s’investit auprès de lui comme s’il était son père. D’ailleurs, Jim lui-même pense être le fils d’Aymeric.
Ils vivent tous les trois dans un climat harmonieux, en pleine nature, entre vastes combes et forêts d’épicéas.
Jusqu’au jour où Christophe, le père biologique du garçon, réapparaît.
La relation entre Aymeric et Jim, l’enfant de Florence, est le cœur de l’intrigue. C’est un roman sur la paternité. Aymeric sera séparé de Jim. Il va souffrir d’un arrachement face auquel il ne peut rien.
Mais se donne-t-il vraiment les moyens de s’en sortir ? Aymeric multiplie les contrats précaires dans la grande distribution, les usines de plasturgie ou la restauration rapide. Plus tard, il est même photographe de mariage. Une grande partie de l’histoire se déroule à Lyon. Jusqu’au bout, Aymeric reste obsédé par cet enfant qu’il a vu naître et grandir, et qui lui a été enlevé, avec lequel il ne sait pas toujours observer la bonne distance, ni occuper la bonne place.

Ma lecture

Aymeric et Jim….. Ce n’est pas une histoire d’amour ou si  mais pas celle que vous imaginez au premier abord…. Cette histoire il était utile d’en faire un Roman parce qu’il y a d’autre amour, celui ici d’un homme pour un enfant. Mais pas son enfant mais malgré tout son enfant. Il n’est pas de sa chair et de son sang mais c’est son enfant. Lui, l’homme s’appelle Aymeric et l’enfant Jim. Ce qui les unit à la base c’est une femme, Florence, la mère de Jim et l’amoureuse de Aymeric. Elle a 15 ans de plus qu’Aymeric et sur le point d’accoucher lorsqu’ils se rencontrent. Et puis Jim naît et c’est le début d’une relation à laquelle Aymeric ne s’attendait pas : être père même si biologiquement parlant rien ne les lie. Il est le père de substitution, de hasard, celui qui était là lors de sa naissance et qui va l’accompagner pendant quelques années jusqu’au moment où Florence, qui aime faire des essais qu’elle « tente pour voir », décide de prendre un autre chemin et d’emmener avec elle l’enfant.

Ici les rôles s’inversent, l’auteur redonnant et mettant en lumière, pour une fois, la place du père, de ce qui fait que l’on est père, comment cela se construit et comment on le devient, petit à petit, comment on découvre en soi des ressources et des centres d’intérêt que jamais, au grand jamais, on aurait imaginés quitte à remettre tout en question même son avenir, ses projets. Par petites touches, Pierric Bailly, ancre son récit dans le Jura, son pays,  ses paysages, ses ambiances urbaines ou rurales, en faisant également de son récit une radioscopie d’une société, d’une époque, d’une jeunesse, de celle des petits boulots, par choix, dans cet homme qui n’a d’autres ambitions, sans qu’il en est totalement conscience, de bâtir un foyer, d’être heureux. Il n’exige rien simplement de faire partie de la vie de Jim, d’avoir la place que son amour pour lui l’enjoint à être. Un père, celui qui a été présent à chaque moment depuis sa naissance, qui l’a protégé, guidé, écouté, avec qui il partage tout : les rires, les larmes, les joies et les peines. 

J’ai rarement lu un roman où, pour une fois, c’est de la fibre paternelle dont il est question et le tout avec une lucidité, une tendresse qui transpire dans chaque page, dans chaque moment de la relation qui unit ces deux êtres dont le plus âgé des deux, l’adulte, n’était pas préparé et n’aurait même jamais imaginé découvrir ce potentiel en lui. Pas de pathos, pas de grandes déclarations si ce n’est une révélation d’amour. C’est finement décrit, analysé, au fil du temps, des âges et des circonstances. Une vie cela se construit et c’est que fait magnifiquement Pierric Bailly dans son récit car Aymeric se construit, ne s’illusionne jamais et fait preuve d’une lucidité vis-à-vis des femmes qui partageront sa vie mais également de ce qu’il imagine être son futur et dont Jim est un élément central. Il y a dans l’évocation du sentiment paternel une sensibilité jamais exposée mais tellement présente que l’on ne peut que s’attacher aux différents personnages.

J’ai écouté Aymeric écrire l’histoire de sa vie et de celle de Jim, depuis sa naissance à l’âge adulte, je l’ai regardé évolué et grandir entouré de ses proches et ami(e)s et comme c’est un être sensible qui respectera les choix de chacun au risque de perdre ce qu’il a de plus cher, il fera des erreurs, des maladresses mais quand on est parent on apprend toujours et l’histoire n’est finalement jamais finie.

J’ai beaucoup aimé.

Editions P.O.L. – Mars 2021 – 254 pages

Ciao 📚

2 réflexions sur “Le roman de Jim de Pierric Bailly

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.