La couleur pourpre de Alice Walker

LA COULEUR POURPRE

Nous sommes en Géorgie, dans la première moitié du 20ème siècle. Celie et Nettie sont sœurs et un puissant lien les lie. Celie, 14 ans, a déjà connu le viol et maternités. Elle a mis au monde une fille et un garçon qui lui ont été enlevés par son père qui est également le géniteur de ses deux enfants et qui ne lui révélera jamais ce qu’il en a fait.

Celie sera mariée par défaut à Mr, veuf avec plusieurs enfants et va devenir la bonne maltraitée d’une maisonnée où elle va subir affronts, réflexions et humiliations.

Ce qui tient Celie debout ce sont les lettres qu’elle adresse à Cher Bon Dieu (titre initial du roman) et à sa sœur dont elle va être séparée. 30 années d’échanges épistolaires sans jamais de retour. Comme il vaut toujours mieux parler au Bon Dieu qu’à ses saints, Celie entreprend une correspondance avec celui-ci afin de lui fait part de ses tourments. Pour elle la vie ressemble à un long chemin de croix fait d’abus, d’insultes et de brimades.

Alors il me colle son machin contre ma cuisse, et puis il le tortille un peu, et il le rentre dans mon zizou. Moi, j’crie que ça me fait mal. Alors il me serre le cou, et il me dit : Tu vas la fermer. Va falloir t’habituer.(p7)

Puis viennent les lettres à Nettie quand celle-ci est contrainte de partir afin de fuir Mr qui voudrait bien la mettre dans son lit. Elles se font la promesse de s’écrire et de se retrouver un jour comme Celie se promet de retrouver ses enfants, ayant la conviction que ceux-ci sont en vie.

Les deux sœurs sont différentes : Celie écrit comme elle parle, sans détour, avec ses mots à elle, elle a souvent entendu qu’elle était « moche » et bête.  Nettie est plus jolie, elle est instruite et a un langage plus élaboré. Chacune, malgré l’absence de réponse, persistera dans cette correspondance, racontant chacune sa vie, l’une en Géorgie l’autre en Afrique.

A travers ce roman, Alice Walker aborde plusieurs thèmes : condition féminine, racisme, injustice, abus sexuels, maltraitance, amour, amitié,  religion. Même si parfois elle glisse sous la plume de Celie des événements qui peuvent porter à sourire par la façon de s’exprimer de celle-ci ou l’interprétation qu’elle en fait, c’est un roman poignant sur les souffrances d’une fillette, sans instruction, qui va se construire et comprendre le monde qui l’entoure par les différentes rencontres qu’elle va faire, par l’optimisme et la volonté qu’elle a chevillés au corps.

Grâce aux lettres de Nettie, qui passe une partie de sa vie en Afrique, l’auteure aborde les thèmes liés à ce continent comme les méfaits de l’arrivée de la modernité, de la déforestation, du non respect des peuples qui y vivent, des pratiques mutilantes sur les femmes, des doutes qui l’assaillent sur la religion mais aussi sur l’esclavage.

C’est un roman éminemment féminin, sous ses différents visages : Celie bien sûr, qui va trouver la force et les moyens de tenir,  Shug Avery, la maîtresse de son mari, la chanteuse, la femme de mauvaise vie, celle qui va devenir son alliée inattendue, Sofia, l’indomptable, Nettie l’instruite, la douce, la fidèle, ce sont tous les visages de femmes qui se battent, les hommes n’ayant pas le beau rôle.

C’est un récit haut en couleur, plein de charme mais aussi parfois très dur, on ne peut rester insensible à la détresse et à la douleur de Celie, l’ensemble se déroulant essentiellement au sein de la communauté noire même si le racisme est évoqué à travers le parcours de Sofia qui paiera cher sa rébellion.

– Pourquoi on fait toujours les réunions de famille le 4 juillet ? demande Henriette en faisant une moue de contrariété. Qu’est-ce qu(il peut faire chaud !

-Les Blancs fêtent leur indépendance d’avec l’Angleterre ce jour-là, dit Harpo, et alors les Noirs n’ont pas à travailler. C’est repos. On peut passer la journée à se faire notre fête à nous. (p261)

Au fil des lettres et des années qui passent Celie acquiert vocabulaire et réflexion, prend une revanche sur le passé. Le contraste entre les missives des deux sœurs est très marqué plus particulièrement dans la deuxième partie, quand on découvre les lettres de Nettie, plus élaborées, plus profondes avec de vrais questionnements. Elle analyse le monde qui l’entoure, sa relation avec les Olinkas, leurs traditions mais aussi le rôle des missionnaires au sein du village.

Alice Walker est une militante féministe américaine et elle offre avec ce roman un réquisitoire sur la place des femmes noires ne faisant pas porter la responsabilité de leurs situations, comme souvent dans la littérature, sur les blancs mais au sein de la communauté noire elle-même.

📕📕📕📕

Traduction de Mimi Perrin

Editions Michel Laffont Rivages – Septembre 1986 – 262 pages (1ère parution Etats-Unis 1982)

Prix Pulitzer Fictions 1983

Adaptation cinématographique de Steven Spielberg (1986) avec Whoopy Goldeberg (Celie) et Oprah Winfrey (Sofia)

J’ai regardé à la suite l’adaptation cinématographique qu’en a fait Steven Spielberg en 1986 avec Whoopi Goldberg dans le rôle de Celie. Celle-ci est assez fidèle quant au fond de l’histoire, axant le récit sur Celie principalement et il a complètement occulté toute la partie où Nettie est en Afrique, sa vie et son parcours, sa relation avec le couple de missionnaires ainsi que toutes les réflexions de Nettie sur la destruction du pays, de ses habitants ne gardant qu’une scène de scarification du visage. Peut-être que les ravages du monde dit « civilisé » sur le paysage n’avaient pas leur place dans un film américain.

J’ai finalement une préférence pour le roman, comme souvent, même si le film est très réussi mais il occulte toute une partie, pour moi importante, où l’auteure évoque les thèmes de la colonisation, de l’esclavage et la religion.

Ciao

10 réflexions sur “La couleur pourpre de Alice Walker

  1. Ça fait un moment que j’hésite à lire ce roman, parce que j’ai vu et revu la magnifique adaptation qu’en a fait Spielberg, la larme à l’œil et un mouchoir à la main et j’ai peur d’être déçue, tout simplement. Ta chronique me donne cependant bien envie de tenter la lecture du roman, d’autant que peu d’œuvres évoquent l’esclavagisme du point de vue de l’Afrique. Ségou (dans la PAL) de Maryse Condé évoque cette période esclavagiste et colonialiste dans l’Afrique de l’Ouest. Merci pour ta chronique si alléchante 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.