Bénie soit Sixtine de Maylis Adhémar

BENIE SOIT SIXTINESixtine, jeune femme très pieuse, rencontre Pierre- Louis, en qui elle voit un époux idéal, partageant les mêmes valeurs qu’elle. Très vite, ils se marient dans le rite catholique traditionnel et emménagent à Nantes. Mais leur nuit de noces s’est révélée un calvaire, et l’arrivée prochaine d’un héritier, qui devrait être une bénédiction, s’annonce pour elle comme un chemin de croix. Jusqu’à ce qu’un événement tragique la pousse à ouvrir les yeux et à entrevoir une autre vérité.

Bénie soit Sixtine est avant tout l’histoire d’un éveil et d’une émancipation. Entre thriller psychologique et récit d’initiation, ce premier roman décrit l’emprise exercée par une famille d’extrémistes sur une jeune femme vulnérable et la toxicité d’un milieu pétri de convictions rétrogrades.
Un magnifique plaidoyer pour la tolérance et la liberté, qui dénonce avec force le dévoiement de la religion par les fondamentalistes

Ma lecture

Ce premier roman est une excellente surprise et pourtant le thème était un peu casse-g….. car il fallait trouver le ton juste, la juste mesure pour ne pas tomber ni dans l’excès ni dans la caricature. Retracer le « chemin de croix » de Sixtine, élevée dans la religion chrétienne dans sa forme extrême, puis sa prise de conscience de son état d’épouse, de mère dans un milieu de catholiques intégristes, Maylis Adhémar dans ce premier roman, le réussit parfaitement.

Pour avoir rencontré parfois ces ultras, j’y ai retrouvé beaucoup de codes (vestimentaires, activités, pensées) allant jusqu’à des extrêmes qu’on ne peut s’imaginer au XXIème siècle. Je ne m’attendais pas du tout à certains événements et l’éveil de Sixtine à ce qui l’entoure, à sa vie de femme, à son corps, sans coup d’éclat (quoi que) mais avec finesse et surtout une écriture en adéquation avec son cheminement et ses remises en question. Elle nous plonge dans une société où la femme, son corps et ses sentiments sont totalement niés pour un idéal, pour un Dieu, et qui transforme la personne en personne servile.

L’auteure fait parfaitement ressortir l’état d’esprit dans lequel se trouve Sixtine, comment le lavage de cerveau est si bien effectué qu’elle ne réagit pas aux injonctions qui lui sont faites, les appliquant au pied de la lettre,  jusqu’à ce qu’une circonstance la pousse à regarder son entourage d’une autre manière et à remettre en cause son éducation et les préceptes mais de façon subtile, sans remettre en cause sa foi, une autre foi.

J’ai apprécié et trouvé judicieux de lire les lettres d’Erika qui mettent à jour une vérité que la famille de Sixtine a effacée, bannie. Elles mettent en lumière comment le basculement vers ce genre de communauté s’opère même dans des milieux où il n’était pas prévisible.

Des chapitres annoncés comme des commandements donnent toute la rigueur et l’obscurantisme de ces « fous de Dieu », portant œillères et embourbés dans l’immobilisme, n’hésitant pas à user de violence qu’elle soit verbale ou physique, rythment le récit et montrent à quel point la frontière entre convictions, politique parfois et violence dans les extrêmes peut ravager des vies.

Un roman comme un témoignage de vies et en particulier de vies féminines rabaissées à rien, à être des ventres, n’ayant aucun champ de possible en dehors du cercle familial. On ne peut remettre en question certains faits tellement il me semble plausibles et surtout encore possibles si j’en crois ce que je vois ou entend parfois.

Une lecture utile et nécessaire à tous et toutes car les extrêmes dans la religion ne sont pas toujours dans celles qui nous viennent de l’étranger….. Ici il est question de religion chrétienne, religion ancestrale dans notre pays et qui, comme on peut le constater, n’a guère parfois évolué avec le temps.

Merci à NetGalleyFrance et aux Editions Julliard pour cette lecture

Editions Julliard – Août 2020  – 223 pages

Ciao

8 réflexions sur “Bénie soit Sixtine de Maylis Adhémar

Les commentaires sont fermés.