Copies non conformes de Alix Ohlin

COPIES NON CONFORMES IGLark et Robin sont demi-sœurs, profondément différentes et pourtant très liées. Tandis que Lark, l’aînée, est réservée et studieuse, Robin a un tempérament farouche et artistique armé. Elles sont élevées à Montréal par une mère célibataire distante chérissant plus que tout sa propre indépendance. Le lien entre les deux sœurs n’en est que renforcé. Lark excelle dans ses études et développe un intérêt pour le cinéma et l’art du montage en particulier ; Robin quant à elle se découvre un incomparable talent pour le piano. Lorsque Lark part faire ses études aux États-Unis, sa sœur ne tarde pas à la rejoindre.

 

Ma lecture

Deux demi-sœurs, une mère, Marianne, femme fantasque et peu impliquée dans son rôle maternel, des pères absents, des univers distincts mais artistiques et deux tempéraments pour deux parcours de vie de femmes. Lark, la narratrice et Robin de quatre ans sa cadette. L’une plus sauvage que l’autre, plus imprévisible et aux comportements parfois inattendus presque borderline, ayant en cela héritée peut-être de quelques gênes maternels, douée pour le piano mais qui préfèrera à une école artistique renommée une vie bohème et animale. L’aînée, elle, plus introvertie, ayant le sens des responsabilités, sera une sorte de mère de substitution en devenant le chainon manquant de la famille et protectrice de sa cadette, passionnée de cinéma qui deviendra son univers professionnel en tant que monteuse. 

Ce roman est l’histoire de deux femmes, de leur enfance jusqu’à la quarantaine, à la fois si proches et si différentes mais qu’un lien invisible, subtile, indélébile unit fait de partages, d’écoute mais également de mystères, d’éloignements où chacune respecte l’univers de l’autre, ayant en commun une enfance chaotique qui leur a forgé la force et l’indépendance dont elles font preuve au fil des ans, chacune réagissant suivant sa sensibilité et ses aspirations aux événements, l’une assez cartésienne, l’autre plus imprévisible mais elles ont en commun le domaine artistique dans lequel elles sont toutes deux repérées, aidées , promises au succès pour finalement choisir une autre voix.

L’auteure choisit de ne donner la parole qu’à l’une d’elle, Lark, l’aînée, qui peut ainsi parler de l’avant Robin, dont nous ne connaîtrons pas vraiment les pensées, les blessures même si certaines sont effleurées, ce qu’il advient d’elle lors de ses « disparitions », elle ne se livre que partiellement et uniquement à travers le regard de sa sœur. Lark, elle, s’investit dans le monde cinématographique dont l’auteure fournit nombre de références et démontre l’importance du travail de montage, de ses aléas avec de nombreuses références qui faisaient échos parfois aux vies des deux héroïnes.

J’ai aimé ce juste équilibre entre parcours féminins, entre Montréal et New-York, que ce soit dans les domaines artistiques, personnels et professionnels qu’ils soient dans l’image pour l’une donc de ce que l’on veut montrer aux autres et musical et animal, plus instinctif pour l’autre mais également les thèmes de l’indépendance, de la maternité et du couple. J’ai aimé le sentiment que m’a laissé cette lecture quelques jours après, de comprendre que l’on peut être à la fois très différents et identiques, des contraires qui s’assemblent, se comprennent, se rejoignent et s’acceptent. Une sororité à la fois distante et proche.

J’ai aimé l’écriture d’Alix Ohlin qui a survolé deux vies de femmes, oscillant entre vies réelles et vies rêvées, à la manière de Lark qui navigue entre montages de documentaires ou de télé-réalités, étant, dans l’ombre, la cheville ouvrière des idées du réalisation et leur restitution en images, comme elle est la pièce maîtresse d’une famille féminine éclatée mais qui se retrouve dans les moments décisifs de leurs vies tout en respectant l’indépendance et la liberté de l’autre mais sachant être présente dans des moments cruciaux. Un seul regret, mais qui n’en est pas un finalement, que Robin reste en partie un mystère pour sa sœur et pour les lecteurs mais cela laisse la porte ouverte à l’imagination, aux suppositions et j’aime bien quand un(e) auteur(e) nous laisse ce choix….

J’ai beaucoup aimé.

Merci au Picabo River Book et aux Editions Gallimard pour cette lecture

Traduction de Clément Baude

Editions Gallimard – Mars 2021 – 400 pages

Ciao 📚

4 réflexions sur “Copies non conformes de Alix Ohlin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.