Mon désir le plus ardent de Pete Fromm

MON PLUS ARDENT DESIR - Copie

Maddy 20 ans pensait que les hommes de son âge n’étaient pas pour elle…… Mais Dalton a croisé sa route, il a son âge, il est guide de rafting sur les rivières, elle est guide de pêche : leur point commun : la rivière, l’eau mais aussi l’amour de la nature, de l’eau, de la rivière, des grands espaces et ils vont mener leur vie tambour battant, aventuriers de la vie, de l’amour.

Ils vont construire leur couple dans le Wyoming, près de la Snake, de la Buffalo les rivières qui bercent leur amour, avec pour horizon les Tetons, les montagnes du Wyoming. Mais lors de l’annonce de sa première grossesse Maddy va avoir confirmation que sa fatigue a une autre origine : elle est atteinte d’une sclérose en plaques.

Ma lecture

Après avoir découvert Pete Fromm avec Lucy in the sky et lu un article dans America N°5 je savais que cet auteur correspondait en tout point à ce j’aime : les personnages au caractère fort, trempé mais aussi la nature, omniprésente.

Quelle force il y a dans ce roman !

Maddy, la narratrice. Une femme aux sentiments entiers mais pas prête malgré tout à faire des concessions, même à la maladie. C’est une battante, une nature qui va totalement se révéler grâce à Dalt, son mari, lui qui ne correspondait à aucun de ses critères de vie. Mais ne pas croire qu’elle est soumise, jamais, mais il va lui ouvrir son cœur et sa vie et elle va s’y plonger avec délice.

Dalt (Dalton) jeune homme aux yeux limpides, au corps musclé, une force physique et mentale, qui va faire le sacrifice de sa passion mais sans amertume ni regrets pour rester et épauler Maddie.

Dès les premières pages je comprends que je suis entrée dans la vie d’un couple hors norme, l’émotion est présente. Ils se croisent, ils savent au premier regard qu’ils sont faits l’un pour l’autre, le monde n’existe plus, ils se suffisent à eux-mêmes.

Leur mariage est à leur image : les vœux qu’ils prononcent sont  d’une émotion intense car simples en apparence et profonds. Ils s’engagent dans un voyage dont ils savent qu’il sera parfois semé de pierres, mais c’est leur « Désir le plus ardent ».

Et parce que Dalton est profondément respectueux de la nature et de l’environnement où il est heureux de vivre, leur cérémonie de mariage est d’un romantisme fou

Au lieu d’échanger des alliances qui, en plus d’être des symboles de possession archaïques, selon Dalton, sont également à l’origine des innombrables mines d’or à ciel ouvert qui éventrent nos montagnes et empoisonnent nos rivières, nous allons tremper nos mains dans l’au et la laisser couler entre nos doigts mêlés, nous unissant dans un voyage aussi long que celui du courant, n cycle plus grand et plus éternel que n’importe quel anneau. (p32)

et les vœux qu’ils prononceront seront la ligne de leur vie :

Dalt a enroulé ses doigts autour des miens, j’ai enroulé mes doigts autour des siens et nous nous tenons la main dans la rivière, yeux dans les yeux, luttant pour sourire, jusqu’à ce que j’ai l’impression que mes phalanges se fissurent. (…) C’est mon désir le plus ardent.(p33)

Leur mariage a trois composants : Dalt, Maddy et la nature puis viendront plus tard les enfants. C’est leur maison, leur lune de miel ils la passeront loin du monde, n’ayant besoin que de l’autre pour exister, même si Maddy à cause de sa maladie se sent parfois isolée.

Et tout au long du roman les éléments resteront unis, bravant un ennemi tapi dans l’ombre et qui va contrecarrer leurs projets mais contre lequel ils feront face, chacun à sa manière mais toujours ensemble et en se parlant, en évitant les silences.

Ne pas savoir qui est aux commandes, contourner les obstacles les plus vicieux en évitant de s’échouer sur ces longues barres de gravillon grises et sèches. (p43)

J’ai aimé la façon que Pete Fromm a de nous faire partager les combats de ce couple : pas de narration inutile, Maddy nous retrace leur vie à travers les moments forts, les enfants, la maladie etc… mais sans apitoiement, sans pleurnicheries même si la maladie fait son travail, inexorablement, jour après jour, avec des pointes d’humour parfois, des affrontements quelque fois avec Dalt car lui ne pense pas qu’au présent, il prépare leur avenir, ce qu’il faudra pour que Maddy reste à ses côtés. Elle est entière, son homme elle le veut, elle le respire, elle voudrait que chaque jour soit comme leur premier jour, comme avant que la maladie fasse son œuvre.

Certains auraient renoncé à construire une famille, mais pas eux, la vie est une rivière qui heurte parfois des écueils, on lâche parfois les pagaies, on boit la tasse mais on remonte dans le canoë et on rame.

Oui quelle foi, quelles confiance et espérance dans la vie. Est-ce la nature qui leur donne cette force où la puisent-ils dans la nature, dans leur environnement.

Un auteur masculin qui se fond parfaitement dans le corps de cette femme en souffrance, en manque, en frustration de ce qu’elle ne peut plus faire, vivre, partager c’est une performance. Les mots simples mais si bien choisis, cette faculté à si bien transcrire les sentiments des deux, ceux de Maddy oscillants entre colère et volonté de continuer à vivre comme si, qui refuse toute pitié car il est son point d’ancrage et ceux de Dalt, qui a abandonné tous ses rêves par amour mais sans regret car elle est la rivière qui coule dans ses veines.

Un roman d’une force émotionnelle rare car elle ne tombe pas dans les  clichés habituels de ce type de récit. J’en suis sortie émue, bouleversée.

Rien à dire de plus que lisez-le, découvrez cet auteur qui va chercher au fond de lui je pense toutes ses émotions mais sûrement également au milieu des grands espaces où la nature l’inspire.

Merci Pete Fromm car j’ai vécu un moment de lecture comme je les aime : belle écriture, profonde,  histoire construite et sensible mais sans mièvrerie.

Ma note : 📕📕📕📕/📕

COUP DE COEUR

Editions Gallmeister (que je remercie) – 284 pages – Avril 2018

Ciao

7 réflexions sur “Mon désir le plus ardent de Pete Fromm

Les commentaires sont fermés.