Mikado d’enfance de Gilles Rozier

Résumé

Quarante ans après les faits, le narrateur revient sur un épisode traumatisant de son enfance : l’exclusion de son collège, pour avoir adressé, avec deux camarades, une lettre antisémite à son professeur d’anglais.
Quelques années plus tard, le narrateur, fils d’une mère juive et d’un père catholique, deviendra spécialiste de culture juive. Que s’est-il passé entre ces deux moments de son histoire ?
Le narrateur tente de décortiquer l’imbrication des conflits politiques des années 1970 et des malaises familiaux. Il retrouve cette question tragique que sa mère a posée devant le conseil de discipline : « Comment voulez-vous que mon fils soit antisémite alors que mon père est mort à Auschwitz ? »

Ma lecture

La mémoire est parfois sélective….. Certains événements sombrent et se rappellent à vous alors que vous les aviez intégrés, digérés, presque oubliés. En revenant dessus, vous comprenez  que sous des abords anodins, ils sont fondateurs de ce que vous êtes devenu, de l’homme (ou la femme) que vous êtes, de vos choix de vie, d’orientation.

Lorsque un événement de son enfance remonte à la surface suite à un message électronique reçu interrogeant sur la véracité d’une participation à un acte antisémite de sa part, Gilles, l’auteur, se plonge dans ses souvenirs de collégien en classe de 5ème pour retracer l’impact de ce fait sur toute sa vie d’homme mais aussi sur son identité juive dont il n’avait peut-être pas totalement conscience à l’époque, lui qui est devenu par la suite professeur de yiddish et d’hébreu.

A travers cette narration, l’auteur se livre à un devoir de mémoire sur sa propre enfance, ce garçon surnommé « filliste » en raison de sa délicatesse, de ses goûts, de sa douceur et qui, pour s’associer à deux garçons de son âge dont il souhaite devenir l’ami, Vincent et Pierre, va fournir l’adresse d’un professeur Monsieur Guez à qui sera adressé une lettre antisémite.

Cette complicité va lui devoir une exclusion temporaire, une convocation de ses parents et une réaction de sa mère qui va le marquer à jamais et devenir finalement fondatrice de sa vie d’adulte :

Comment vous-vous que mon fils soit antisémite alors que mon père est mort à Auschwitz ? (p101)

L’auteur revient sur cet épisode en partant d’une photo de classe de l’année 1974-1975 pour resituer dans son contexte les événements. Peu à peu il tire sur le fil des souvenirs pour arriver à « lévénement » qui va lui permettre de découvrir un pan de son identité qu’il ignorait, le destin de sa famille maternelle, dont on parlait pas ou peu.

C’est avec simplicité, bienveillance et douceur que Gilles Rozier revient sur cette année finalement décisive, sur un acte provoqué par le désir de ne plus être le fils du directeur de « lusine » mais un enfant comme les autres, faire un coup d’éclat dont il ne connaissait pas la vraie teneur mais qui va lui révéler que sa famille a un passé douloureux intimement lié à l’antisémitisme.

C’est une lecture agréable, parsemée de références de l’époque, qui revient à la fois sur l’enfance de l’auteur mais aussi sur la deuxième guerre mondiale, les camps de concentration, l’identité juive à travers les décennies, dans un habile mélange d’humour, de tendresse mais aussi de gravité.

Nous sommes ce que nous sommes parfois par des événements de notre enfance, anodins ou pas, des non-dits parfois, des silences qui se révèlent comme des moments charnières et par leur émergence bien des années plus tard, nous réalisons qu’ils ont été finalement annonciateurs de ce que nous deviendrons et c’est ce que Gilles Rozier réussit parfaitement dans ce roman dans lequel il étale les pièces du jeu et en tire une ligne de vie.

Tous ces souvenirs et les sensations s’y rapportant forment un tas compact, un enchevêtrement d’aiguilles de mikado qui piquent quand on les touche, mais elles ont fini par provoquer la même douleur, quelle que soit leur couleur et le nombre de bagues censées introduire entre elles une hiérarchie. (p53)

Livre lu dans le cadre du Comité de lecture des Bibliothèques de ma commune

Editions L’Antilope – Septembre 2019 – 186 pages

Ciao

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.